Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 00:30
jesusdemontr--al.jpg

Le film :

A Montréal, un jeune artiste se voit confier par une communauté catholique du Mont Royal,  le spectacle de l'été, La Passion du Christ. L'évéché veut que la mise en scène soit dépoussiérée, aussi le prêtre chargé de superviser le travail de l'artiste, lui procure des documents mettant en lumière de récentes découvertes sur la vie de Jésus, et risquant de remettre en cause ce que l'on nous enseigne depuis 2000 ans.
Le jeune artiste se met en quête d'acteurs pour l'aider à monter son spectacle. Il rencontre deux femmes et deux hommes. Le spectacle s'écrit, prend forme. La représentation plaît au public qui apprécie une relecture de l'histoire de Jésus, non plus avec un regard sans esprit critique, mais avec un regard neuf et actuel. Seulement, le spectacle n'est pas du goût de l'évéché.

Ce que j'en ai pensé :

C'est le premier film que j'ai vu du réalisateur Denis Arcand. Je n'avais jamais oublié Jésus de Montréal, aussi lorsque j'ai vu qu'Arte le programmait, il fallait que je le revois. Je ne me rappelais qu'une chose, qu'un homme allait incarné Jésus, allait investir le rôle et qu'il allait en mourir. Je me souvenais d'avoir été troublée parce que j'avais vu ... mais j'aurais été incapable de dire par quoi.

On retrouve dans ce film certains acteurs fétiches de Denis Arcand, on le retrouve  lui-même, dans le rôle d'un magistrat.
J'ai toujours beaucoup de plaisir à revoir ces acteurs malheureusement méconnus en France. Et j'ai eu aussi beaucoup de plaisir à revoir cette ville que j'adore, Montréal.

Lothaire Bluteau incarne ce jeune réalisateur-acteur qui va interprêter Jésus. C'est avec beaucoup de simplicité et de présence qu'il le fait.

Denis Arcand est un réalisateur qui dénonce les travers de son pays. Déjà ici, il montre les problèmes que connaissent les urgences médicales, problèmes qu'il évoquera de manière plus fouillée lors des Invasions Barbares.

Le thème central n'est ni la création artistique, ni le travail de l'acteur, bien que ce film évoque tout ceci. Denis Arcand revisite ici La Passion de Jésus selon l'évangile Saint Marc. Comme le dit le prètre, on fait dire ce que l'on veut aux évangiles, chacun voit dans les textes sacrés ce qu'il a envie d'y voir, les messages qu'il a envie d'y lire.

Il s'agit pour le réalisateur de donner une autre vision de l'histoire de Jésus telle qu'on la connaît, telle qu'on choisit de nous la montrer.

Souvenez-vous de la citation que je faisais paraitre sur la lecture de l'histoire. Denis Arcand montre qu'avec le recul, avec de l'esprit critique, avec les découvertes historiques et archéologiques, l'histoire de Jésus, La Passion de Jésus n'est pas ce que l'on nous montre depuis des siècles. Le but n'est pas, à mon sens, de donner une mauvaise image de la religion catholique, mais de proposer une relecture plus réaliste des événements, une relecture avec un certain recul, appuyé sur ce que l'on a appris de la manière de vivre des gens de l'époque.

Denis Arcand ne remet pas en cause l'existence et la vie de Jésus. Marie, Marie-Madeleine ... tout le monde est montré de manière neutre, sans parti pris. Mais par contre, la vie de Jésus, telle que nous la connaissons est mise en avant en apportant des éléments, comme la manière dont se comportaient les romains (le règne par la terreur, où la cruxifiction faisait légion, où les cruxifiés mouraient sur des croix à la croisée des chemins pour que les gens n'oublient pas qu'ils devaient respecter l'ordre établi), la façon dont les gens jugent sur les apparences, la manière dont certains peuvent paraitre si gentils alors qu'ils sont si moches du dedans. Le règne de la terreur pour dominer les foules.

Ce que Denis Arcand remet en cause c'est la vision archaïque de la religion, le refus de porter un regard plus éclairé sur une histoire d'il y a deux mille ans. Il montre le refus systématique de changer la manière dont l'histoire est racontée, parce que cela remettrait en même temps en cause certaines valeurs. Mais comme il est si bien rappelé, Jésus était né juif, Jésus était le roi des juifs ... et vous savez qui a voulu exterminer les juifs ... non, pas seulement des nazis, mais des nazis chrétiens ... j'extrapole, mais si peu.

En tout cas, c'est un très bon film. Je l'avais toujours gardé en mémoire, et j'ai vraiment été contente de le revoir. J'aime le regard que les québécois portent sur le monde, une sorte de distance, et de lucidité, mais qui n'est jamais déshumanisée, bien au contraire. Un cinéma qui n'a rien à voir avec les superproductions américaines, et qui n'a rien à voir avec le nôtre.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

bagheerante 26/10/2007 17:14

hello again cat... je n'ai pas vu ce film, mais en ce moment je reflechis bcp  à jesus ( pourtant je reste fermement définitivement athée  - ou a la rigueur, agnostique ) ... Bref  :  A propos de ce que tu dis ce sujet est si vaste... Personne ne detient la vérité, mais Jesus en tant que personnage historique m'interesse. Il a été le 1er rebelle, incitant la population de Judée  à la révolte, pour cela il etait mal vuA/ des  romains ( logique ) B/ de certains juifs qui faisaient des affaires avec les romains et qui dénoncèrent Jesus aux Romains de façon  à ce que ceux ci puissent l'arreter. C/ les juifs les + pauvres, par contre, suivaient jésus, avec l'espoir qu'il améliore leur sort et les libère du joug des romains.Donc, pour ce que tu dis, oui la religion chretienne est directement issue du judaisme mais elle se singularise bcp du judaisme egalement en proposant une vision du monde assez opposée  à celle de la Torah. Donc Jésus, sur le plan psychologique, je le vois non pas comme quelqu'un de " bon" mais comme quelqu'un de "juste" et de NON politiquement correct... nous avons besoin de nombreux jésus en ce monde, ces temps ci... Mais pas au sens edulcoré ou la religion chretienne et catholique l'entend : il faut un jésus avec une épée, capable de trancher l'epais brouillard derriere lequel nous nous cachons pour ne pas voir les choses telles qu'elles sont ( ou pour ne plus les voir...)

blackcat 26/10/2007 17:31

pour moi, c'est juste un être profondément humain ... bisous

sieglind la dragonne 24/10/2007 08:32

J'ai entenduj parler de celui-ci, mais jamais encore vu évidemment. Il faudra que je le fasse, j'aime bien les films où les héros investissent leur personnage pour s'y perdre parfois (voir le Locataire de Polanski que j'ai bien aimé, même si ça fait longtemps que je l'ai vu)Bonne journée ma Cat et à plus

blackcat 24/10/2007 17:57

Bisous Dragonne :D

Yann 23/10/2007 21:22

Longue réponse et précise.Le sujet, évidemment, est loin d'être simple.Alors à notre époque, on a tendance à ne plus accepter certains faits très anciens. (Dixit nos savants).mais l'imagerie, la transmission orale, la légende doit être préservée, comme tu le dis si bien, même si elle n'est plus fondée scientifiquement, même si... même si... car il s'y trouve une part de nous même et... une part de la vérité... de Notre Vérité et ça, on y touche pas!merci à toi de nous brancher sur ces sujets.yann

blackcat 23/10/2007 21:39

je suis quelqu'un de passionnée ... alors quand j'aime, j'apprécie ... je discute ;)je ne détiens aucune vérité, et je n'oublie pas que ma pensée elle même est toujours en mouvement et jamais figée.j'ai d'ailleurs beaucoup de mal à faire des choix ... et même quand je semble avoir des avis tranchés, ils ne le sont souvent qu'en apparence.je suis contradictoire selon les uns, paradoxale selon les autres ... je pense juste que parfois je me perds dans mon cheminement ... car tout est de l'ordre du possible et tant de choses ne nous sont pas accessibles.pour ma part, je dirais que d'un coté, j'écoute la "vérité historique" et de l'autre, j'aime les légendes. les légendes font souvent rêver, et on n'en a besoin dans notre monde ... la vérité historique nous renvoie toujours à la matérialité de notre mondeex : la lecture de la lettre de guy moquet.je suis contre cette lecture, telle qu'on l'oblige aujourd'hui, il s'agit selon moi, d'une manipulation et d'une récupération politique. de la propagande. pendant qu'on parle de la lecture de cette lettre, on ne parle pas des pb de violences de plus en plus nombreux à l'école.je serais pour la lecture de cette lettre si elle était inscrite au programme, en coordination entre les profs de lettres et d'histoire. lui donner une réelle portée.parce que pour moi, la lettre telle qu'on la lit aujourd'hui va provoquer une légende et en dénaturer la réelle portée.difficile d'expliquer ça aux gens ... que la lettre de guy moquet, que guy moquet lui même entre dans la légende alors qu'en fait qui le connaissait avant que sarko oblige à la lecture de sa lettre ...mais combien de jeunes sont morts, des centaines de guy moquet ... mais il faut des héros ... alors quand on n'en a pas, on cherche dans le passé ... un jeune, qui a été "résistant" ... mort .. qui en plus a écrit une lettre ... bientot guy moquet va devenir notre anne franck ...et franchement ça me choque ...il faut savoir remettre en cause certaines choses sans pour autant les dénaturés.bonne soirée

Yann 23/10/2007 09:16

Bonjour,Effectivement, j'ai vu ce film, mais il m'a semblé que la religion et donc le personnage de Jésus n'était qu'un moyen plus "parlant" plus "émotionnel"  de faire passer son discours:  sa vision de notre monde,  son hymne au partage et à une certaine forme de liberté d'expression et de ressenti, loin des normes établies...Bonne journée

blackcat 23/10/2007 19:20

Bonsoir Yann,Denis Arcand, dans Jésus de Montréal donne une vision moderne de la passion de jésus. il dénonce le statisme de la religion en particulier, de l'Histoire en général. Jésus est bien le centre de ce film, Jésus et ce qu'il était en tant qu'homme, en tant qu'être humain sensible aux êtres qui l'entourent, et pas Jésus comme prophète.Je pense que Arcand s'est attaché à cet homme, parce que justement c'est un homme ... et pas un dieu. Il lui rend son humanité.Ce qui m'avait frappé la première fois que j'avais vu le film, ce qui m'en était resté, c'est que Lothaire (celui qui incarne Jésus) avait investi le personnage. Il fait renaitre Jésus, mais pas seulement dans les traits, il le fait aussi dans sa manière d'etre ... je parle du personnage qu'il incarne ;) ...J'aime beaucoup la manière dont les québécois nous montrent la vie ... réaliste, lucide, et pourtant je trouve qu'il y a de l'espoir. Si tu as l'occasion, regarde le film qu'ils ont fait sur la vie de Marie Antoinette, alors que chez nous, on enseigne encore que marie antoinette était une méchante reine égoiste, ils n'hésitent pas, documents historiques à l'appui, à montrer une vision plus critique, plus balancée ... ils savent montrer le bon comme le mauvais, les travers, comme le bon ... ils savent je trouve montrer que ce à quoi nous avons accès n'est qu'une partie de la vérité, mais pas la vérité ...c'est je pense aussi la démarche de Arcand ... montrer que l'histoire de Jésus telle que nous la connaissons aujourd'hui (pour ceux qui acceptent certaines réalités) n'est pas celle que l'on nous montrait et n'est pas non plus celle qu'on nous montrera ...la différence entre ... la vérité historique (qui évolue en fonction des découvertes et qui parfois admet les remises en cause) et la légende (qui doit être maintenue à tout prix car cela remettrait en cause trop de chose)je suis d'orléans ... jeanne d'arc n'aura pas été brulée sur le buchet ... tu imagines ce que cela remet en cause ;) ... après, qu'est ce que les gens sont capables d'accepter ou pas ... de remettre en cause ou pas ... tout le pb est là ? bonne soirée

Mon Grenier