Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 03:52

670234-819112.jpg




Le livre :

Maureen a écrit un livre sur certaines femmes, afin de leur rendre la place qui leur est dûe. Durant son enquête, notamment sur Marie Madeleine, elle s'est rendue en Israël et y a vécu des expériences aussi troublantes qu'étranges. Un homme lui a donné une bague estimant que c'est elle que cette dernière attendait. A son retour aux USA, la jeune femme est de plus en plus souvent en proie à des visions de scènes bibliques. Un jour, elle reçoit une invitation à se rendre en France, par un certain Lord Sinclair. Il désire qu'elle participe aux fêtes de la Saint Jean. Maureen se retrouve alors au milieu de la société secrête des Pommes Bleues, qui reconnaîsse en Marie Madeleine, le premier Apôtre de Jésus. Les Cathares, descendants directs de Jésus alias Easa, recherchent les écrits de Marie Madeleine, son évangile ...


Ce que j'en ai pensé :

Difficile de ne pas penser au Da Vinci Code de Dan Brown, même si, dans ce livre, nous ne sommes pas dans un thriller. En tout cas, je ne l'ai pas ressenti ainsi. Ou bien c'est parce que j'ai trouvé l'intrigue dans le "déjà vu" et que je m'en suis détachée pour ne conserver que "un autre point de vue" sur l'histoire de Jésus et Marie Madeleine ... 

Parce qu'à dire vrai, niveau littéraire, ce n'est pas vraiment ça ... du genre roman de gare, et rien de plus.

Pour le reste, je suis très partagée sur mon opinion quant à ce livre. Je ne parle pas de l'histoire de Maureen, non, je parle de l'histoire de Marie Madeleine qui y est racontée, je parle de l'histoire de Jésus qui nous est montrée autrement.

J'accepte l'image d'un Jésus profondément humain, parce que c'est ainsi que moi, je le vois. J'accepte totalement l'idée que lui et Marie Madeleine furent mari et femme. J'accepte aussi de la même manière qu'ils aient des enfants. Parce que j'ai toujours pensé que, comment comprendre ce que ses semblables vivent si on n'a une vie différente.
J'accepte aussi l'idée que Marie Madeleine ait pu être mariée en premier lieu avec Jean, le Baptiste et que son premier fils Jean-Joseph soit né de leur union.
Pourquoi pas ... ces théories ne me gènent nullement.
Les idées du Chemin de la loi, les idéologies de Jésus, selon lesquels seul le pardon et la compréhension de la souffrance de l'autre sont les voies du salut humain, je suis d'accord. Je suis dans la découverte du pardon, je sais combien il est plus facile de dire je pardonne que de passer l'éponge. On peut pardonner, je pense que ce n'est pas le plus dur, le plus dur est que ce pardon soit accompagné d'un appaisement. Il ne suffit pas de dire "je te pardonne" pour effacer, non, il faut aussi accepter, dépasser la colère, l'amertume, et surtout ne pas être dans une idéologie de vengeance.

Ce qui me gène dans le livre, c'est que ... tout le monde il est beau tout le monde il est gentil. Que l'on propose une relecture de l'histoire chrétienne ne me gène nullement, bien au contraire, j'ai conscience que ces personnages génèrent toutes sortes de fantasmes. Aujourd'hui, "nos" jeunes ne fantasment plus ou quasi plus sur ces héros / ces personnages d'un autre temps, ils fantasment sur des "people", des célébrités faciles. Aujourd'hui, les fantasmes se créent sur l'argent, la drogue, le sexe.
Mais il y aura toujours, et heureusement, des personnes pour proposer d'autres lectures de l'Histoire, des petites histoires de la grande Histoire. Et je préfère ces fantasmes-là, qui sont autant d'interrogations possibles.

Quand j'étais en cours d'histoire, et aussi en littérature, je me demandais toujours : mais comment peuvent-ils affirmer cela ? y étaient-ils ? l'ont-ils vu de leurs yeux ? comment peuvent-ils savoir que ce sont eux qui ont raison, eux qui lisent des années plus tard, des récits de personnes mortes, des récits que les auteurs ne peuvent plus défendre, ne peuvent plus contredire ?
L'exemple le plus probant restant pour moi, les effets de style en poésie, car, j'ai toujours remis en cause ce que mes professeurs disaient. Quand Baudelaire, Rimbaud et tout ceux qui poétisent, écrivent, je sais qu'ils ne pensent pas aux effets de style, mais à l'harmonie des mots, à la musicalité des mots pour rendre au mieux ce qu'ils veulent dire. J'ai toujours douté qu'ils décident de faire là, un oxymore, là, une comparaison. Je pense que les mots glissent sous la plume. La poésie n'est pas le fruit d'une technique ... la technique n'est pas la clé de la poésie, apprendre ça à l'école est une erreur.
Pour l'histoire, j'ai toujours eu conscience que nous n'avions qu'un point de vue, celui qui arrange et qui sert. Là encore, un exemple typique ... prenons une mappe monde. En Europe, nous sommes au centre de la mappe monde ... mais en Amérique, ce sont eux qui sont au centre.

C'est pourquoi je n'ai pas de peine à pouvoir accepter que Marie Madeleine fut épouse de Jésus et mère de ses enfants, mais j'ai dû mal avec tout le monde il est beau tout le monde il est gentil.
J'ai dû mal à accéder au fait que Judas aurait trahi à la demande de Jésus pour qu'il n'y ait pas de massacre de juifs ... et de l'autre je peux comprendre la relecture de la décision de Ponce Pilate.

Certaines choses me paraissent tirées par les cheveux. Et je n'aime pas l'épilogue de l'auteur. Je veux bien écouter de nouvelles théories mais je ne suis pas prête à tout croire ...

J'avais lu les évangiles il y a longtemps. Aujourd'hui, j'ai envie de les relire, parce que j'ai changé, parce que je ne porte plus le même regard sur la religion qu'il y a 20 ans ... parce que je me demande ce que j'en retiendrais aujourd'hui, puisque je n'en ai rien retenu lorsque je les ai lu ...


Ce que je sais aujourd'hui, c'est que, quelques soient les théories exposées, nous ne détiendrons jamais la vérité sur ce qui est arrivé il y a plus de deux mille ans, car les seuls à savoir cette vérité, sont ceux qui l'ont vécu ...

Et n'oubliez pas une chose importante, la même chose que beaucoup ont choisi d'ignorer à la lecture du Da Vinci Code, ce sont des romans, pas des thèses, ce sont des romans, pas des vérités ... mais une façon de relire quelques choses ... ce n'est donc pas à prendre pour argent comptant.


Citations :

    - La première.

    - "Ne juge pas ta mère trop durement, Maureen, lui disait-elle doucement. Bernadette t'aime. Sa malédiction est peut-être de t'aimer trop. Mais elle a eu la vie dure, et elle a changé. Tu comprendras quand tu seras plus grande."

    - "Lorsque Marie (Marie Madeleine) l'avait interrogé sur le farouche prêcheur qui baptisait dans l'eau, Easa (Jésus) lui avait expliqué que Jean rejetait les femmes, les Gentils et tous ceux qu'il considérait comme impurs, alors que lui croyait que la parole de Dieu appartenait à tous ceux qui voulaient l'écouter."

    - "Jean n'arrivait pas à croire que Yeshua (Jésus) soit tombé si bas. Il connaissait l'influence des nazaréens sur lui. Sa mère n'était-elle pas une dirigeante du groupe ? Mais ce n'était qu'une femme, cela ne comptait pas."

    -"Dieu décide de son dessein, et dispose chaque homme et chaque femme à la place qu'il lui destine. Mais il ne les oblige pas à agir. [...] Le Seigneur ne décide pas à notre place. Il nous guide. Il revient à chacun de désigner son maître, et donc de choisir entre le dessein de Dieu et ses propres ambitions terrestres. On ne peut servir à la fois Dieu et ses besoins matériels."

- "Claudia et Pilate s'en allèrent habiter en Gaule, où Claudia avait vécu quand elle était enfant. Pilate passa le reste de ses jours à tenter de comprendre Easa (Jésus), qui il était et la nature de son enseignement. Des années durant, elle lui avait expliqué que son Chemin ne pouvait être compris par le truchement de la raison romaine. Il fallait se transformer en enfant pour y accéder, car les enfants sont purs, honnêtes et ouverts. Ils sont capables d'accepter la bonté et la foi sans se poser de questions. Bien que Pilate se fût toujours senti inapte à embrasser la foi nazaréenne, Claudia le croyait converti, à sa manière."





                            --------------------------------------------------------------------------


En lisant ce livre, j'ai soudain eu, si j'ose dire une révélation. J'ai vécu à Montargis, et à Montargis, l'église de la Madeleine, est le principal lieu de culte.

Eglise de la Madeleine à Montargis (45)

Catégorie : église
adresse : Cerceau (rue du)
éléments protégés MH : tour ; clocher
époque de construction : 12e siècle ; 15e siècle ; 16e siècle
année : 1863
auteur(s) : Baudot Anatole de (architecte) ; Viollet-le-Duc Eugène Emmanuel (architecte)
historique : L' église de la Madeleine, située dans le centre ancien de Montargis, est la principale église paroissiale de la ville. Enserrée dans un tissu urbain dense, elle est surtout visible de la place Mirabeau où s' élève le chevet Renaissance qui constitue sa véritable façade. L' entrée s' effectue par un portail de la façade occidentale donnant sur une petite rue étroite. L' édifice est constitué de trois vaisseaux et de chapelles latérales, un transept court à croisillons asymétriques et un vaste choeur élancé traité en église-halle : un vaisseau central entouré d' un déambulatoire et flanqué de chapelles latérales, le tout s' achevant par un chevet plat aux angles adoucis. L' église a été construite entre le 12e siècle et la Renaissance, puis complétée dans la seconde moitié du 17e siècle et restaurée à partir de 1860 : fausses voûtes en briques, beffroi néo-gothique construit en 1863 sur les plans de l' architecte Anatole de Baudot sous la direction de Viollet-le-Duc, vitraux de Lobin et décor polychrome intérieur.
propriété de la commune
date protection MH : 1909/02/10 : classé MH ; 2000/07/10 : classé MH
Eglise, à l' exception du clocher : classement par arrêté du 10 février 1909 - Tour-clocher (cad. AN 65) : classement par arrêté du 10 juillet 2000
site protégé : abords d'un monument historique
observations : Inscription 22 10 1998 (tour-clocher) (arrêté) annulée.
type d'étude : recensement immeubles MH
date d'enquête : 1992
N° notice : PA00098823
© Monuments historiques, 1992


A Montargis, tous les troisièmes lundi de juillet sont fériés, pour cause des fêtes de la Madeleine. Et je découvre, que la fête de Marie Madeleine est le 22 juillet. J'en conclus donc qu'à Montargis, on reconnaît le rôle de Marie Madeleine auprès de Jésus, on lui reconnaît un réel rôle au sein de la religion catholique.

Le site officiel de Montargis. Sur l'emblème de la ville, les lettres MLF signifie Montargis Le Franc, devise qui sera mise à rude épreuve après la seconde Guerre Mondiale du fait de la collaboration avec les nazis.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

marc 14/03/2011 09:43



Bonjour,


je viens de lire ce livre que je trouve pour ma part exellent, apres d'autre traitants de ce meme sujet.J'ai 62 ans et ais toujours ete un athee convaincu! je dois confesser aujourdhui que
l'histoire de la religion vu sous l'angle Marie Madeleine me pose questions. Dans la religion romaine" l'église"tout ou presque me semblait comme fabriqué et la... d'un coup ces
histoires meme apres un certain recul intellectuel me paraissent évidentes. En fin de compte les hommes politique ont commencés leurs forfaits depuis bien longtemps car Caiphe, Anne et
les autres en ont été les precurseurs.Mais toute analyse vaut contradiction je crois aussi que les peuples fabriquent leur propre dictateurs.


Merci et etre athee n'empeche pas d'aimer.


Marc


 



Catgirl 18/03/2011 10:54



oh oui, bien sûr, être athée n'empêche pas d'aimer, d'aller dans les églises, d'écouter, de vouloir en savoir plus, bien au contraire, cela fait preuve d'une
ouverture d'esprit.


 


Athée, je vais souvent dans les églises, je m'interroge, je lis, je m'informe ... je n'ai pas toujours été athée ... mais je crois que des événements de ma vie
m'ont fait réfléchir à d'autres choses, d'autres croyances, d'autres vérités ...


 


Merci pour votre commentaire



benedicte 23/09/2010 10:28



Bonjour à toutes et tous.


Une réflexion s'impose à moi à travers ce livre et vos commentaires.


Est ce si important de commenter l'histoire ?n'est il pas question de chemin ,de processus où un homme et une femme témoignent dans leur vie de l'importance de garder en eux cette lumière avec
conviction évidence et foi.


Il disait toujours je suis le chemin n'est ce pas?


Un chemin pour laisser la lumière cheminer.


Merci de votre attention.


Bénédicte.



Catgirl 23/09/2010 11:35



dans la mesure où l'on évoque ici un livre, je pense que commenter l'histoire est importante.


 


Il disait je suis le chemin ... c'est lui qui le disait, on ce sont les hommes qui ont écrit la Bible, les évangiles qui l'ont
écrit.


Pour information, la Bible, appartient en littérature, aux textes fondateurs ... de la littérature. Donc après, les propos que l'on prête à certains personnages
historiques, devenu ici objet de culte, et donc religieux, il n'appartient qu'à ceux qui croit, de penser qu'il était le chemin.


 


Merci à vous de votre commentaire.



Philippe BARTHELEMY 25/01/2010 16:33


Bonjour,
Après avoir terminé ce livre qui m'a ému par le côté très humain de l'histoire de Jésus qui nous est enseignée et présentée par les évangiles et textes complémentaires dont ceux de St.Paul qui,
bien que celui-ci ne l'ai pas cotoyé, sont les plus proches dans la chronologie; ce roman m'est apparu très plaisant car il ne remet pas en cause ma foi. Comme déjà dit dans un précédent témoignage
il a le mérite d'inciter le lecteur à procéder à des recherches complémentaires. C'est ainsi que je suis tombé sur ce blog.
Evidemment; le rapprochement avec le DaVinciCode, que j'ai dévoré aussi vite, est tentant. Mais il s'agit de deux ouvrages d'approches différentes.
Ici, il ne s'agit pas de monter un Eglise cachottière d'un doigt inquisiteur
En fait le problème de fond je pense, est la perte de certains repères de la société moderne où tout va toujours plus vite. La tentation facile de recherche du plaisir immédiat fait qu'à un
moment donné on revient à certaines questions existentielles.
Je pense que chacun pourra y trouver un intérêt.
Pour ma part, j'aimerais bien que certains textes dits apocryphes soient reconsidérés par les autorités supérieures pour venir compléter les officiels actuels.
Certains points du Nouveau Testament amènent quand même certaines questions.
Exemples: Pourquoi après le sabbat, c'est Marie-Madeleine et Marie qui sont venues enduire Jésus des aromates (Mc 16-1); A nter que dans l'épitre de Jean, seule Marie-Madeleine est
citée  (Jn 20-1), le  jour de la première apparition de Jésus.
Ceci semble indiquer un rôle prépondérant qu'aura Marie-Madeleine à jouer, au moins dans sa mission de témoignage confié.
Pourtant très tôt dans l'histoire de la Chrétienté, son rôle de témoin a été occulté?
Un correction me semblerait souhaitable...
Philippe


Catgirl 25/01/2010 17:44


je crois qu'il ne faut pas oublier que la bible, les évangiles furent écrit plus tard ... après les faits. Rien ne nous prouve la véracité totale de ses écrits.
N'oublions pas, et c'est une chose qui ne peut être négligée, que tout ce que l'homme écrit est forcément partial, que la mémoire joue des tours, et que personne ne vit les choses de la même
manière.

Si l'existence de Jésus ne peut être remise en cause, l'existence d'un Dieu, de plusieurs Dieux est plus discutable ...

Les romans n'apportent pas de réponses à ces questions de théologie, ils suggèrent des histoires, laissent l'imagination vagabonder.


L'idée de ce roman est intérêssante, dommage que l'auteur ait choisi de rendre trop tout pays des "bisounours" ...

Bonne soirée


Jérôme 04/01/2010 20:11


Bonjour à toutes et à tous,
Je vois que ses derniers commentaires date, donc je ne sais pas si vous lirez un jour ce que j'écris!!
Bon alors en fait, toutes les interrogations que vous vous posez sur la vrai vie de Jesus est légitime, je pense d'ailleur que toute personne sensée et un temps soit peu interressé par la bible
s'est posé au moins une fois la question "Jésus était il humain?".C'est légitime je le répète. Maintenant il faut se poser d'autres questions encore plus légitime... L'église...cette grande
institution nous a appris un tas de chose durant notre enfance sur l'Histoire de Jésus, ne vous etes vous jamais poser la question : se pourrait il que l'eglise nous ai caché des choses?? Qui est
elle pour nous dicter la bonne conduite??Qui est elle pour juger Marie Madeleine? la traitant de prostituée!!!
N'oubliez pas une choses, les evangiles ou quelquonque écrits ont étaient écrit de la main de l'homme, l'erreur est humaine dit on non??? l'homme a la faculté de divulger, de falsifier, de tourner
en sa faveur n'importe quel fait...Pareil pour l'eglise, n'aurait elle pas pu nous cacher une partie de l'histoire???
Toutes ses questions font que des auteurs comme Dan Brown sortent des romans avec des théories plausibles qui plus est!!!!
Pour ma part je crois fermement que Jésus était comme nous, qu'il a fait des erreurs comme nous et que sur le chemin de la spiritualitée, il a trouvé ce que nous cherchons nous depuis 2010 ans et
que nous cherchons encore!!!Pour moi, Jésus était un homme bon tout simplement, relisez les evangiles et vous verrez que bcp de choses se contredisent...
Pour terminer sur une note positive,faites votre idée par vous même,aimez vous les uns les autres (c'est pas de moi, mais j'y crois!!!) et vivez votre vie pas celle de vos voisins...
En esperant avoir ouvert un debat...Au plaisir de vous lire...


Catgirl 05/01/2010 06:14


pour ma part, vous ne dites ici rien que nous sachions déjà, bien sûr que Jésus était humain, puisqu'il a réellement existé, et bien sûr que l'église manipule pour
soumettre la population ...

bonne année


Néfertari 17/09/2009 14:39

Bonjour à tous, je viens de lire certains de vos commentaires et je dois dire, qu'après la lecture du livre, je suis assez d'accord avec vous. En fait, je suis assez partagée. Je suis croyante à la base, ce livre m'a beaucoup apporté. Je sentais au fond de moi que Jésus et Marie Madeleine s'étaient sans doute mariés (quoique à cette époque le mariage comme nous le connaissons de nos jours n'existait pas). Ce qui est troublant c'est ce que dit l'auteur par la suite. Enfin, j'ai adoré ce livre en tous cas. Je viens de recevoir la suite, "Le livre de l'amour", c'est assez intéressant aussi. En tous cas, pour en revenir à Jésus et Marie Madeleine, cette dernière m'a donné une leçon de vie. J'ai un long chemin à suivre avant d'être aussi gentille qu'elle. J'ai du mal à pardonner. Comme le souligne à juste titre Antigone, certes, c'est facile de dire "je pardonne", mais je me pose la question "Ais-je pardonné dans mon coeur ?", et là je n'en suis pas certaine. C'est pour cela que j'ai un long chemin à parcourir !Mes amitiés et que l'amour vous pénètre à tout jamais

Mon Grenier