Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 00:05


Le téléfilm :

J'ai bien retrouvé dans ce téléfilm Le journal d'Anne FranK. J'ai donc apprécié de le regarder. J'y ai retrouvé cette Anne qui refuse d'être oubliée, qui a tant besoin de sentir la vie entre elle. J'y ai retrouvé la relation particulièrement mauvaise avec sa mère, et l'adoration qu'elle vouait à son père. Bien sûr, comme dans toute adaptation, il faut faire des choix, mais, dans l'ensemble, l'essentiel est dit.
Et puis, un peu plus, je trouve. J'y ai aussi retrouvé l'Anne que décrit Melissa Muller dans La vie d'Anne Frank.

Le documentaire : Anne Frank, l'après-journal.

Un documentaire de Christophe Weber et Laurent Portes. Il dure environ une heure et aborde des questions qui fachent, comme la remise en cause de l'existence même d'Anne FranK. Quand la guerre fut terminée que Otto FranK est retourné à Amsterdam, espérant retrouver ses filles (il avait appris le décès d'Edith), il n'a retrouvé que ceux qui les avaient aidé, eux, avaient échappé au pire. C'est à ce moment que Miep lui a donné le journal d'Anne et qu'il a tout fait pour qu'il soit édité, pour réaliser le rêve de sa petit Anne.

Cela n'a pas été sans peine. Simone Veil, elle aussi déportée de Auschwitz, expliquait qu'effectivement, les survivants ne parlaient pas de ce qui était arrivé, parce que ceux qui n'avaient pas connu l'horreur des camps vivaient mal d'avoir perdu, là-bas, les leurs, et que l'on avait finalement pas envie de remuer cette horreur. Mais c'était sans penser à ceux qui étaient revenus, à ceux qui auraient voulu dire, qui auraient sans doute voulu sortir cela d'eux-mêmes.
La parution du journal ne fut pas sans peine ... il a fallu le censurer, car les émois sexuels de la jeune fille ne "cadraient" pas avec la société de l'époque. Et puis Otto a aussi censuré lui-même sa fille, sur les propos qu'elle tient sur sa mère, en changeant les noms des personnes ayant vécu à l'annexe.

Il faudra bien des années pour que le journal soit publié dans sa forme véritable. A ce jour, c'est le journal le plus lu au monde.

Plusieurs personnes remettent en cause la véracité du journal d'Anne FranK. D'abord, les pro nazis pour qui Anne Frank n'est qu'une invention pure et simple pour accabler le régime hitlerien. Pas D'Anne, pas de journal, pas de camp, rien, rien n'a existé.
Ce n'est pas Otto qui prouva que sa fille a bel et bien existé. C'est un chasseur de nazi qui cherchera le ss qui avait arrêté les gens de l'annexe. Celui-ci confirmant qu'il a bien arrêté Anne et les autres habitants de l'annexe, l'existance d'Anne ne peut plus être niée.
Ensuite, comme c'est Miep Gies qui a remis le journal d'Anne à Otto, et non Otto qui l'a sorti d'un chapeau magique, on ne peut que s'incliner.

Le journal a subi des expertises et a été déclaré de la main d'Anne FranK.

Les légendes font vivre et perdurer les mystères ... rappelons nous de Anastacia, et plus proche de nous, du fils de Louis XVI et Marie-Antoinette. Les fantasmes sur l'histoire, cela a toujours existé ... et quelque part, ça fait vendre.

Une autre personne est remise en cause dans cette histoire, il s'agit de Otto Frank. Etait-il à l'image de l'homme que dépeint Anne ? Il semblerait qu'à ce jour, les historiens aient une idée sur la personne qui ait dénoncé les gens de l'annexe. Il s'agirait d'une connaissance d'Otto. Profondément anti-sémite. Mais pourquoi Otto, dont la femme, les deux filles sont mortes dans des camps de concentration a-t-il pu "protéger" l'homme qui les a surement dénoncé. C'est l'attitude même de Otto qui gène les historiens. Il semble ne pas vouloir savoir. En fait, documents à l'appui, je dirais qu'il n'a pas envie que l'on sache certaines choses. Il a refusé de livrer le nom du SS qui les a arrêté. Trop de mystères.

Je suis perplexe sur l'image du père, trop lisse, Otto Frank.

Je choisis de ne pas remettre en cause le Journal d'Anne, en ayant conscience qu'il a été probablement remanié, même si j'ai lu la dernière version parue. Il reste un témoignage important, au-delà de l'histoire.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Handi@dy jaccede.com 17/10/2008 23:17

Comme toi, je pense que le journal ne nous est pas parvenu dans son état initial, mais je ne remets pas en doute. Une amie à ma mère a été en camp. Elle a raconté à mi-voix des choses tellement horribles que le fai de me les rappeler me secoue encore... En Alsace aussi il y avait le camp de Schirmeck, alors on connaît...Plus j'avance en âge et moins je supporte... Avant, je faisais faire des exposés aux élèves... On change... Mais ces choses ne doivent PAS être oubliées! Nous sommes les sentinelles éthiques! Bel exposé chère CATOUNETTE! BIZ!

Catgirl 18/10/2008 06:22


plus je vieillis et plus mon regard change sur ce qui est arrivé.
je ne veux pas seulement savoir comment les persécutés l'ont vécu mais aussi comment l'ont vécu les persécuteurs, leur état d'esprit.
je me demande s'ils avaient réellement conscience des conséquences de leurs actes. je pense qu'ils étaient tellement sûrs d'avoir raison, de détenir la vérité ... mais cela ne justifie en rien ce
qu'ils ont fait, et ne les excuse nullement ...

bisous ma belle Ady


Francky (Kikojo) 17/10/2008 20:23

Ola Cat !Je me rappelle ce jour où Jojo a crié "merde j'ai raté le film !" mais par contre il a vu le reportage d'après ;)Moi je devais être sur l'ordi ;o))Gros bisous et bon week-end à toi aussi ma chérie. Merci ^_^

Catgirl 17/10/2008 23:07


pleins de bisous les garçons !!!!


Michka/Le Pirate :0051::0032: 17/10/2008 13:52


Catgirl 17/10/2008 17:47


et oui, encore demain matin :D

bisous


rene 17/10/2008 02:23

Bonne journée amitiés de canton
Qing et rene
A bientôt sur: http://belgique-chine.over-blog.com

Catgirl 17/10/2008 06:20


bonne journée aussi :D

bisous bisous


RanDom 16/10/2008 20:16

Si, Cat, j'ai vu ta page relative à la Seconde Guerre mondiale (tes lectures et tes films). J'y ai reconnu quelques références et me pencherai volontiers sur les autres. Moi aussi, en tant que fils de militaire, je suis forcément concerné par les guerres et la Shoah. Je me permets d'indiquer quelques titres que tu connais sans doute : d'abord, la BD intitulée MAUS d'Art Spiegelman est un grand classique et un vrai grand livre ; ensuite, Le Pianiste de Wladyslaw Szpilman (sur le ghetto de Varsovie) a été adapté sur le grand écran par Roman Polanski ; puis Être sans Destin du Hongrois Imre Kertész (qui obtint le prix Nobel de littérature). J'ai bien Anne Franck au centre de ma bibliothèque, et sur mon blog, j'ai repris des passages du Journal des Années noires de Jean Guéhenno. A Limoges, la mémoire d'Oradour/Glane est très forte. En plus, je travaille à Nexon, un village du Limousin où se trouvait un camp d'internement que les habitants ont vite oublié et qu'un collègue a fait ressurgir dans nos mémoires par l'intermédiaire d'un doc sur F3 Limousin. Depuis que je suis dans cette région, je ressens très fortement la mémoire résistante. Je vais donc compléter mes connaissances en utilisant tes références. J'ai aussi assisté à une conférence sur un autre sujet douloureux pour nos mémoires : le destin des femmes tondues à la Libération, et l'épuration (comme un défoulement expiatoire de masse). Il y aurait tant de choses à lire, à dire, à transmettre... Ta page est stimulante, pour la mémoire et la pensée, merci ;) et bonne soirée !

Catgirl 16/10/2008 20:24


je suis nulle en bd, donc je ne connais malheureusement pas

pour le pianiste, j'ai vu le film, et je n'ai pas décidé d'en faire la chronique, parce que même si le film demeure quelque chose de très fort (je l'ai vu deux fois), pour moi, il est dans la
lignée du déjà vu, et j'ai besoin de savoir d'autre chose
autre chose que j'ai trouvé dans le livre de primo levy, que j'espère aussi trouver dans le livre de simone weil.

tu vois aujourd'hui, je crois que je pourrais rencontrer des actants de ces horreurs, peut etre pas pour comprendre, mais pour avoir une autre vision des choses, pour savoir comment eux voyaient
les choses, cela m'éclairait sur la raison de leur motivation

j'ai un peu trouvé cela dans le Hors Série de science et vie junior, et dans SObibor de Molla

je note le tire de Etre sans destin :D

merci beaucoup pour ton avis.

et tu as raison, on a toujours à apprendre du passé, l'oublier ne peut conduire qu'à une chose, la reproduction ...

merci encore


Mon Grenier