Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 05:10



Le film :

Leonard vit chez ses parents, une famille juive de la banlieue new-yorkaise, propriétaire d'un pressing. Il y a quatre mois, ses fianciailles ont pris fin, suite à un examen médical révélant que les deux futurs époux étaient tous deux porteurs d'un gène dangereux, qui rendrait toute procréation impossible. Le père de la jeune femme interdit le mariage, celle-ci s'enfuit, et Léonard sombre au point d'être interné, on apprend sa bi-polarité.
Léonard livre les vêtements chez les clients de son père. Un soir, sur le chemin, il saute dans la rivière, toujours en proix à son mal-être. Pourtant, il remonte à la surface, rentre chez ses parents. Il apprend alors la venue d'une autre famille juive devant fusionner avec leur commerce. Sandra lui est alors présentée. Elle est folle de lui, et avoue être à l'origine de la rencontre de leur famille respective. Leonard n'est pas subjugué par Sandra. Parallèlement, il rencontre Michelle qui habite dans le même immeuble et qui vit une aventure tumultueuse avec un homme marié. Leonard en tombe amoureux, mais la jeune femme n'étant pas libre, il continue à fréquenter Sandra. Pourtant, un mot de Michelle suffit pour qu'il se précipite à ses pieds.

Ce que j'en pense :

Joaquim Phoenix, qui avait déjà brillamment interprêté Johnny Cash dans Walk the line, réitère une nouvelle fois une très belle interprétation.

Nous avons à faire à une relation triangulaire amoureuse classique ... Sandra aime Leonard qui aime Michelle qui aime quelqu'un d'autre ... Je dis triangulaire car il s'agit de Sandra, Leonard et Michelle, les autres personnages ne sont que secondaires, des faire-valoir, des gens qui sont là parce qu'ils y sont ...

Léonard traine sa bi-polarité, son ennui ainsi que cet amour perdu. Alors qu'il allait se marier, tout s'est effondré, sa vie, lui-même. Depuis il semble traverser la vie, sans savoir où aller. Il ne lui reste que sa passion pour la photographie, en noir et blanc, et sans personnage dessus.
L'arrivée de Sandra dans sa vie ne réveille en lui aucune émotion. Appartenant à une famille juive traditionnelle, Leonard sait que ses parents et ceux de la jeune femme fusionnent leur entreprise et leur famille par la même occasion. Sandra avoue à Léonard que si cela arrive, c'est à cause d'elle, parce qu'elle l'a vu, et a voulu le rencontrer, parce qu'elle est tombée amoureuse de lui, qu'elle est prête à tout pour lui, prendre soin de lui. Sandra veut que Léonard l'aime. Celui-ci ne se sert pas d'elle, il se sert tout court. Il prend ce qu'elle lui donne sans rien promettre, sans rien donner de plus que ce qu'il peut. Car il aura fallu qu'un jour, en rentrant, il rencontre la jolie Michelle, pour tomber amoureux d'elle. Sa relation à Sandra n'existe qu'entre deux rendez-vous avec Michelle. Le jour où il apprend que cette dernière a un copain, il rentre dépité chez lui. C'est alors que Sandra sonne à sa porte. Ils se tournent autour, et finissent par coucher ensemble. Leonard ne fait qu'assouvir avec elle, ce qu'il voudrait faire avec Michelle. Même s'il apprécie la jeune fille, il ne l'aime pas. Elle représente pour lui, l'ordre établi, alors que Michelle représente la passion amoureuse. Sandra passe toujours après Michelle, quoiqu'il arrive. Il suffit que cette dernière l'appelle, et il laisse tout en plan pour elle. Il vit un rêve, il vit dans l'espoir.
Quand Michelle perd son enfant, il est là pour elle. Quand elle décide de quitter son amant, il est là encore pour elle. Quand elle décide de partir pour San Franscisco, il est encore là pour elle, il décide de partir avec elle, de se marier avec elle, de prendre soin d'elle. Dans l'émotion du moment, elle, perturbée par sa rupture, attendrie et sous l'influence des mots d'amour et de tendresses de Leonard, de ses promesses, se laisse emporter et fait l'amour avec Léonard, furtivement sur le toit de leur immeuble. Une seule fois.
Leonard est sûr de lui, sûr de ses sentiments. Il prépare le départ, tout, il pense à tout, sauf au fait que l'amant de Michelle quitte sa femme pour cette dernière, que le voyage tombe à l'eau. Le rêve s'effondre. Leonard se perd dans la ville, se rend au bord de l'océan, il jette la bague de fiancailles, s'approche de la mer. De sa poche tombe un des gants offerts par Sandra, et de l'idée de mourir, il voit le gant, prend conscience que quelqu'un l'aime, veut prendre soin de lui. Leonard retourne chez ses parents où se déroule le nouvel an juif. Il propose à Sandra de l'épouser.
Leonard ne choisit pas entre Michelle et Sandra. Il a choisi Michelle qui a choisi l'homme qu'elle aime. Leonard ne fait que choisir d'aller faire la femme qui l'aime parce que cela vaut mieux que la mort, il va vers Sandra parce qu'il se rappelle les gestes que celle-ci a eu pour lui, parce qu'il se dit sans doute qu'il faut laisser une chance à leur histoire. Mais contrairement à ce que dit le synopsis, Leonard ne choisit pas entre Michelle et Sandra, car au final, il n'y avait, dès le départ, aucun choix à faire pour lui. Les jeux étaient faits à l'avance, épouser ou non Sandra.

Joaquim Phoénix incarne un Leonard perdu et plein de charisme, d'une grande tendresse.


Je trouve cela étrange d'entendre les voix françaises, je trouve que cela enlève de l'âme au film, car les intonations ne sont pas les mêmes, la présence des voix non plus. Pourrait-on imaginer la voix de Jeanne Moreaux autre que la sienne ?

Michelle est une très belle jeune femme, entretenue par son avocat d'amant. Elle est insouciante. Son seul drame, que ce dernier soit marié. Elle se perd dans cette histoire ne sachant plus si elle doit croire qu'il va quitter son épouse pour elle. Nous savons tous que rare sont les hommes qui quittent leur femme pour leur maitresse. Michelle est perdue dans son amour. Elle n'arrive plus à y croire, encore plus lorsqu'elle fait une fausse couche et que son amant ne peut la rejoindre parce qu'il est avec sa femme. C'est une accumulation de faits, d'indisponibilités qui met les sentiments de Michelle en péril.
Celle-ci n'est pas amoureuse de Leonard, elle l'aime comme un frère, un confident, un meilleur ami. Elle ne l'a jamais envisagé comme un amoureux potentiel. Je pense que Leonard le sait, mais il a besoin de tenter sa chance. Il a besoin d'aller au bout de son envie, peut-être pour se sentir exister, se sentir vivant, repartir après l'échec de sa relation passée.
Quand Leonard rejoint Michelle, après qu'elle a quitté son amant, il lui avoue ses sentiments, il ose, l'atmosphère particulière fait qu'ils vont se rencontrer dans l'acte d'amour. Aussi furtif que leur rêve de fuir. Presque comme un acte désespéré.
Mais Michelle n'est pas amoureuse, elle se sent protégée par Leonard, comme une petite fille à qui on promettrait que la vie ne la ferait plus souffrir.
Les tensions appaisées, Michelle et son amant discutent, décident. Lui surtout. La rendre légitime. Rendre à Michelle une vraie place dans sa vie. Elle laisse alors ses projets avec Leonard de côté, quitte à lui briser le coeur. Elle ne renie rien de ce qui est arrivé entre eux, mais il n'y a pas d'amour. C'était un acte de détresse et non d'amour.
Michelle n'est pas méchante, futile. Elle ne se sert pas Leonard, jamais elle ne lui laisse entendre qu'entre eux, il pourrait se passer quelque chose. Même lorsqu'elle quitte son amant, elle dit à Léonard, que pour elle, il est comme un frère. Elle ne joue pas avec lui. Elle vient au rendez vous, le soir qui aurait du être celui de leur fuite. Elle ne le laisse pas sans explication.

Sandra est effacée. Elle connaît les règles de la vie sociale, les règles juives. Les parents présentent leurs enfants afin de les marier. Ils fusionnent entreprise et famille. Elle a choisi Leonard, parce qu'il la touche, sans doute, parce qu'elle est amoureuse. Pour quelles raisons ? On s'interroge sur la nature de ses sentiments réels. Sans doute rêve-t-elle d'un amour simple et entendu, sans vague, sans passion. Prendre soin de l'autre, fonder une famille, entouré par leur famille respective.

Une peinture des relations amoureuses sans amertume. On aurait pu penser que les histoires d'amour finissent mal, mais non. Je n'ai pas eu cette sensation en sortant. J'ai pensé que Leonard avait fait le choix qui était le meilleur pour lui en retournant vers Sandra et en prenant conscience de l'amour qu'elle lui porte. Certes un amour de petite fille, et non un amour passionnel et pasisonné, mais un amour quand même, dans lequel il pourrait se sentir en sécurité. Chacun des personnages fait le choix qui est bon pour lui. Alors, on peut quand même dire que l'on a une happy end.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Caroline.K. 15/12/2008 18:47

Salut cat, apparemment je suis passée à côté, mais je me jetterais dessus à la premiere occasion, joachim etait vraiment genialissime en johnny cash, je trouve qu'il embellit avec l'age...A voir

Catgirl 15/12/2008 18:54


si tu peux oui, va le voir.

bonne soirée


Koulou (flegroll) 14/12/2008 09:09

j'attendraiiiii....

Catgirl 14/12/2008 09:33


le jour et la nuit

j'attendraiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

toujours
ton retourrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr


morte de rire


Koulou (flegroll) 13/12/2008 21:40

c'est bon, je serai super méga hyper patient :0036: :0091:

Catgirl 14/12/2008 08:36


morte de rire, ben vi, voilà tu attends ;)

:0010:


:0091: Lili-Flore :0010: 13/12/2008 18:17

j'aime bien tes analyses, celle là ne dépare pas, et tu m'as donné envie de voir ce film. Bonne fin de journée, bigs bisous

Catgirl 13/12/2008 18:23


merci Lili

j'essaye d'en parler avec des mots que tout le monde comprenne, parce que sinon cela ne servirait à rien.

pleins de bisous


Flo-Avril 13/12/2008 10:42

Peut-être aurai l'oportunité un jour de l'avoir en DVD ;)Bisous ma Cat et bon week-endFlo

Catgirl 13/12/2008 18:03


vi, je te le souhaite

pleins de bisous ma Flo


Mon Grenier