Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 06:15


La bande dessinée :

Titus, Cyrius et Maya appartiennent à la communauté "Snogard", vivent sur une île peuplée de tortues. Ils se nourrissent en faisant de la cueillette et en tuant, uniquement lorsque nécessaire, une tortue. Les carapaces de ces dernières deviennent leur maison.
Le Snogard n'a pas de voisin, sur son île, il fait toujours beau, il y a toujours à manger.
Un matin, après avoir fait la fête avec ses deux compagnons, Titus voit apparaître un Drull, lui annonçant que son peuple devra bientôt quitter l'île. Ce dernier n'y prête réelle attention qu'au moment où il se trouve convoquer par le conseil et qu'il comprend qu'avoir ces visions est un "pouvoir". A ce moment, le volcan commence à se réveiller, et Snogard doit se préparer à quitter l'île paisible.





Ce que j'en ai pensé :

Et bien une fois n'est pas coutûme ... j'ai pu réaliser une interview de l'auteur. Merci à Koulou d'avoir eu la patience de me parler de Titus, et de répondre à mes questions.
Je ne dirais pas ce que j'en pense, en tout cas, pas comme j'ai l'habitude de le faire, car une B.D. n'est pas un roman, et je ne veux pas dévoiler ce qui s'y passe.
Je dirais donc qu'à la 48 pages, je me suis dit, mais la suite, la suite, parce que j'ai trouvé cela trop court.
Je dirais que j'ai été agréablement étonnée par la qualité de l'impression papier et des colorisations.
Enfin, pour ce que j'en ai retenu, cela passera par l'interview !



En créant Le Monde de Titus, Koulou avait en tête de partager et transmettre ce qui lui a été / est précieux pour son cheminement intérieur. Il a donc voulu une Méditerranée antique, imaginaire, intemporelle, et constituée de 22 peuples que nous découvrirons au fil des albums.

Le Snogard est le nom de la communauté d'où est issue Titus. Il (Snogard) représente un seul corps, un seul individu avec trois niveaux de conscience représentés par les trois chefs : le cartésien (le maître d'arme), le spirituel (le grand prêtre) et la part féminine (l'intendante).



L'interview de Koulou


1. L'île aux Tortues comme la matrice du Snogard, dont l'aboutissement est l'explosion du volcan, à la fin du Tome 1. Comment t'es venu l'idée de concevoir une île comme la métaphore d'une grossesse ?


L'idée d'une île est arrivée comme une évidence dès que j'ai cherché une image pour représenter la grossesse. Après tout, le bébé vit entouré de liquide, il ne connaît personne d'autre que lui, la température est constante, chaude, et ne manque de rien. Tout ça ressemble terriblement à une île. J'avais aussi pensé à une grotte. Les snogards auraient, en effet, pu vivre dans une cité creusée dans la roche, au coeur d'une montagne, et se nourrir de champignons. La métaphore  de la grossesse aurait aussi fonctionné comme ça, mais l'île a eu ma préférence parce que les snogards, tels que je les avais créés, n'étaient pas troglodytes et je n'avais pas envie de les enfouir sous terre. J'avais envie de ciel, de plage, de nature et d'espace.
C'est aussi pour respecter la métaphore du ventre maternel que je les ai fait chasseurs-cueilleurs. Dans le ventre de sa mère, le bébé ne mange que ce qui lui vient d'elle. Il se nourrit du sang de celle-ci par le cordon, les snogards devaient donc être carnivores. Et comme je voulais les faire habiter des carapaces de tortues géantes, il ne me restait plus qu'à les faire chasseur de tortues.

Ensuite, il fallait un événement pour symboliser l'accouchement et chasser les snogards de cet endroit paradisiaque, les pousser vers le tome 2 et leur rencontre avec les autres peuples. Le volcan est, là aussi, apparu comme évident. Il est une montagne qui évoque la rondeur du ventre maternel. On l'imagine aisément grossir peu à peu pour finalement exploser. Et l'éruption m'évoque bien l'accouchement. Ce sont tout deux des événements soudain, violents, sonores, et jaillissants... Et puis, pour un nourrisson, le passage du dedans au dehors de sa mère doit être ressenti comme un véritable cataclysme. J'aurais pu faire disparaître l'île sous une inondation ou un tremblement de terre, mais ça n'aurait pas été aussi parlant, je pense.

Ce tome 1 est, en effet, une naissance à plus d'un titre. La naissance de la série, de ma première BD, de cet univers que j'imaginais depuis 6 ans, et ma propre naissance en tant qu'auteur de BD.




2. Snogard est une communauté type de l'humain. Au milieu de sa place, nous trouvons les statues d'un homme et d'une femme, incarnation pour moi, des créateurs. Dans la situation de crise, tu nous montres les réactions types, l'instinct de culpabilisation, l'accusation, puisqu'il faut toujours trouver un coupable, et bien sûr, les solutions pour sortir des problèmes. Mais ce qui m'a sauté aux yeux, c'est que tu as fait de Snogard une communauté qui fonctionne sur un système triangulaire : deux hommes et une femme (le gd prêtre, le maitre d'arme et l'intendante), système que l'on retrouve avec les trois amis, titus, cyrius et maya. Pourquoi avoir fait ce choix ?



Je n'ai pas tout pensé rationnellement dans tout cela. Il y a une part d'inconscient aussi, des choses que je fais "parce que je le sens comme ça" sans chercher forcément à expliquer le pourquoi ni à trouver une logique à la chose. Il en est ainsi pour les deux Dieux par exemple, j'ai les ai fait, comme souvent à l'antiquité, un viril, guerrier, un autre féminin, représentant en général, la fertilité la nature, d'ailleurs la Déesse tient un sac de figues et une carapace de tortue. J'ai imaginé que les snogards avaient créé des dieux à leur image comme l'ont  toujours fait les hommes.

Pour les réactions des gens face au cataclysme annoncé, j'ai juste essayé d'évoquer au mieux les réactions classiques devant une telle situation.

Ces deux trios me sont venus tout naturellement. Je ne me souviens pas avoir pensé de façon analytique les raisons de leur choix. Disons que pour les trois chefs, dès lors que j'ai voulu en mettre plus d'un (un seul et unique chef me paraissait un peu pauvre et donc pas très intéressant, et puis les Schtroumpfs l'avaient déjà fait. Je voulais quelque chose de plus subtile), il m'est apparu comme une évidence qu'il fallait un homme et une femme, histoire de pas oublier que nous avons tous une part de chaque, en nous. Ensuite, puisque les Snogards "sont" un garçon (snogard en est l'anagramme phonétique) il fallait une majorité d'hommes à leur tête. Et comme j'avais deux académies, ça tombait à pic.

Pour Titus, Maya et Cyrius, c'est pareil. Je ne voulais pas d'un duo uniquement masculin façon Tintin et le Capitaine Haddock. Il fallait une fille pour apporter un point de vue féminin, donc une copine à Titus, et comme nous avons toujours d'abord des amis de son propre genre, il lui fallait aussi un pote.



3. Titus évolue au milieu de ses deux compagnons, un cyrius assez terre à terre et une maya plus pragmatique. Ils apparaissent souvent comme des faire valoir de titus, lui permettant ainsi, de véhiculer des idées lucides et réfléchies sur la religion et les légendes, par exemple. Ils lui permettent aussi de mettre en avant des qualités humaines telles que l'amitié, l'écoute de l'autre, la loyauté et le courage. Qu'as-tu voulu symboliser à travers ton personnage de Titus ?


Je me sers de Titus pour parler de tout ce qui a éclairé, éclaire et éclairera mon cheminement intérieure, ou les choses du même ordre que j'ai vu vivre par d'autres et qui me semblent digne d'intérêt. C'est un peu moi sans mes défauts, bien qu'il ne soit pas parfait.


Cyrius et Maya me servent à mettre en valeur, enrichir ce que je lui fais vivre, de leur point de vue respectif ou par leur attitude opposée ou complémentaire. Mais Titus est beaucoup plus éveillé que moi, puisqu'il lui arrive des choses à 20 ans qui ne me sont arrivées, à moi, que bien plus tard et il a une sagesse que j'étais loin d'avoir à cet âge. Cyrus, lui, est inspiré, en partie, par un de mes amis, assez matérialiste, un peu beauf et qui n'imagine pas un seul instant qu'on puisse avoir une dimention spirituel ou lumineuse. En cela, c'est un bon anti-héros pour Titus car il est pratiquement son contraire. Il me sert, par exemple, à montrer les côtés lourds qu'ont les hommes peu subtils et peu ouverts. Maya, quant à elle, est une femme qui essaie d'être libre. Elle est ouverte aux choses et aux idées nouvelles, combative, tolérante, curieuse mais elle est cependant moins avancée que Titus sur la question des choses invisibles bien que le sujet l'intéresse aussi, contrairement à Cyrius. J'espère réussir à lui faire apporter son point de vue féminin sur les choses qu'ils vivent tous les trois.


Titus, Maya et Cyrius ont une vingtaine d'années chacun ; s'ils symbolisent quelque chose, ce serait plus le fait que, quel que soit notre âge, notre conscience ne vieillit pas et nous avons toujours cette soif d'avancer, de découvrir, de comprendre. Ils forment en quelque sorte une seule personne à eux trois, sa part curieuse de spiritualité avec Titus, sa part féminine intuitive avec Maya et sa part matérialiste, macho et un peu beauf avec Cyrius.



4. Peux-tu nous en dire plus sur les 7 survivants, le Soltern et le Drull, ces éléments qui alimentent les légendes au sein de la communauté Snogard ?


Bien que chasseurs cueilleurs n'ayant pas découvert l'agriculture, les snogards maitrisent le travail du bronze et la fabrication d'objets métaliques, ce qui était assez illogique et avait dérangé certains de mes premiers lecteurs lors du brouillon. Il me fallait donc leur trouver une raison qui justifie ce décalage de leurs connaissances techniques car je ne voulais pas les reculer à l'âge de pierre. J'ai eu l'idée d'imaginer qu'étant issus de seulement 7 survivants, ils n'avaient pas emporté, avec eux, sur leur île, tous les savoirs de leurs ancêtres. Nous pouvons ainsi imaginer qu'ils ont perdu l'agriculture en route, si tant est qu'ils l'aient possédée jadis. Par la même occasion, cela leur donnait un mythe fondateur, ce qui était parfait puisqu'à ma connaissance, il n'exite pas de peuple dénué d'explications concernant ses origines.


Le Solterne n'est qu'un lieu sacré, faisant parti du mythe fondateur, dont la réelle origine se perd dans la nuit des temps, remplacée par la légende, comme les statues de l'île de Pâques aujourd'hui.


Les Drulls sont essentiels et nous les retrouverons tout au long des albums, sous différentes formes. Ils incarnent la dimention spirituelle de nos vie, notre lien avec le divin, tous ces instants magiques que nous pouvons vivre et qui échappent totalement à la raison cartésienne et que les religions tentent maladroitement d'enfermer dans des dogmes. Evidemment, le Drull ne se laisse pas "saisir" comme je le montre dans la BD. Dès lors que nous voulons l'enfermer, il nous échappe.




5. Etant inculte en bd, je n'avais pas imaginé que derrière ces histoires se trouvaient un travail identique à celui de la construction d'un roman, d'une pièce de théâtre, etc. C'est en discutant avec toi que j'ai pris conscience de ce qui se jouait derrière une bd, et de l'importance des messages qu'elle pouvait véhiculer. Et donc, de la même manière, certains éléments de ta bd m'ont renvoyé à mes propres référents. Par exemple, l'idée du village en solitaire m'a fait penser au village d'Astérix, l'interdiction de se rendre au Soltern m'a renvoyée à la Planète des SInges, et que dire des expressions que tu as inventé tel le fameux "karaam" !

Quels auteurs de bd ont pu t'inspirer / t'inspirent / peuvent t'inspirer ?


J'essaie, dans la mesure du possible, de ne pas me laisser influencer par les autres. Cependant, j'ai eu envie de faire des maisons carapace en souvenir de la joie que j'éprouvais, enfant ,devant les maisons champignons des schtroumpfs (Payot père) quand même... Pour le reste, j'aime beaucoup la série Donjon de Lewis Trondheim et Joan Sfar. Si je peux, j'aimerais que mes personnages vivent des situations aussi diverses, familières et intéressantes que celle des personnages dans cette séries et surtout, j'aimerais raconter toutes les situations simples de la vie aussi bien qu'ils arrivent à le faire.

Je voulais faire une longue série avec plein d'albums d'histoires complètes à l'instar de la Série Thorgall (Rozinsky et Van Hamme) par exemple, mais je n'ai pas envie de faire vieillir mes héros, ça ne convient pas tellement à mon graphisme. Je pense qu'ils vont rester jeunes tout du long comme Tintin. au pire ils prendront un an par album et encore ...


Sinon oui, pour la construction de l'ensemble, en effet, il n'y a pas de raison de ne pas en faire autant que pour un roman. Après tout la B.D. comme je l'aime, c'est aussi de la littérature, de la littérature dessinée tout simplement.


Pour ce qui est de leur argot, j'ai tout inventé tout seul, sans m'inspirer de nulle part sauf pour l'expression karam justement. Dans les sketchs humoristiques et québéquois des "têtes à claques" que j'aime beaucoup, ils utilisent une expression qui semble vouloir dire "c'est bien" et qui est : "c'est Karak" phonétiquement, "c'est correcte" sans l'accent. Je n'ai fait que rajouter un M à la fin. Je me souvenais aussi d'un jeune lecteur d'Harry Potter qui parlait de sa passion pour le Quidditch sur France inter, en utilisant tous les termes inventés de ce sport imaginaire, et j'ai compris que donner à mes personnages un langage qui n'appartiendrait qu'à eux, serait un plus dans le plaisir à lire l'histoire. En partageant leur langue,nous entrons dans la confidence et dans l'intime. Il se crée une différence entre ceux qui ont lu et ceux qui n'ont pas lu Titus.


6. C'est presqu'une question subsidiaire. p29, la vignette du haut, quand les trois grands du village s'adresse à la communauté réunie sur la place, un personnage a attiré mon oeil, celui situé juste devant Maya. Est-ce toi ?

Oui en effet, j'ai eu envie de "signer" mon oeuvre en faisant comme Hitchcock, qui apparait toujours comme figurant dans ses films, je me suis caché dans ma BD. Tu es très observatrice car en général, les gens ne le voient que si je leur dis, que je me suis glissé quelque part ...







A lire aussi : Projet Titus.

Pour commander L'île aux Tortues, rendez vous chez votre libraire ou passer directement par l'éditeur GRRR...ART. Une idée cadeau !!!!

 

 

Suite au commentaire de Jean Yves, Koulou et moi avons décidé de publier et la question de Jean Yves, et la réponse de Koulou.

Quelles sont les valeurs humaines que tu as voulu mettre dans ton histoire.


Houla... question difficile.... les miennes de valeurs sans doute ?

L'égalité des sexes... l'amitié, l'honnêteté envers soi-même (Titus durant son examen notamment)... Envers les autres... Le courage, la solidarité, la bravoure (quand Titus retourne chercher Cyrius sur l'île) le questionnement sur soi-même, sur la société, la remise en question...

La prise des consciences individuelles et collectives...

Le respect pour la nature, pour les animaux, (Les snogards ne tuent pas les tortues avec la même indifférence que nous tuons les boeufs ou les sangliers)... Le respect pour le travail, pour le repos, le savoir, les études... les savoir-faires, les choses bien faites... (les snogard étudient, ils ont deux académies et sont de bons artisans) ... et... et il y en a sûrement d'autres que je ne pense pas à nommé.


A vrai dire, je n'y ai pas vraiment réfléchi. Ces choses-là, je les mets un peu d'instinct dans l'histoire, selon les péripéties, en puisant dans mes propres ressources, dans mes souvenirs et dans mon expérience.


On peut ajouter la compassion, lorsque que Titus et Cyrius comprennent ce que ressent Maya interdite d'académie des guerriers-forgerons. La révolte aussi, la capacité d'indignation... le savoir vivre aussi, c'est sympa de s'offrir un coup d'alcool de figue de temps en temps, et de savoir faire la fête. L'esprit de communauté, les Snogards respectent à la fois l'intérêt général, (ils ne font rien qui puisse nuire à la communauté), et à la fois les libertés individuelles car chez eux ces deux notions ont leur place. Il ne sont pas uniquement collectivistes. La démocratie, même si la leur est imparfaite... le respect des plus âgés, chez eux les anciens ont des prérogatives que les autres n'ont pas... Le sens du Sacré... et ... et j'en oublie sûrement. Si vous en trouvez d'autres, dîtes-les moi ! hé hé... 

 

 

Et pour le coup, Koulou en a révélé beaucoup sur l'histoire ... ce que j'avais pris garde de ne pas faire !!!





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Koulou 29/01/2010 11:29


Ouiiiiiiiiiiiii bien sûr !


Catgirl 29/01/2010 18:03


alors deux fois yes !


Koulou 29/01/2010 10:15


ouiiii ! avec grand plaisir ! :0091:


Catgirl 29/01/2010 18:02


yes !!!



Koulou 28/01/2010 21:37


ben toujours pareil, 10+5 de frais de port, comme la fois précédente.  Avec l'adresse de livraison et le prénom pour la dédicace, et... ce que je t'avais écrit la fois d'avant, que je te
remette pas la même chose.


Catgirl 28/01/2010 21:44


mdr et tu m'accorderas une interview exclusive comme la dernière fois ???

j'ai tout bien noté ;) et je t'enverrais ça sûrement début mars ;)

bisous


Koulou 28/01/2010 19:23


A y ets ! le tome 2 est terminé !  livré et sera imprimé d'ici au 13 février !!!

:0091: :0091: :0091:


Catgirl 28/01/2010 19:53


yep
donc pour l'avoir, on t'envoie un tit chèque comme la dernière fois ???

tu me dis de combien ???

:0010: :0010:


Marithé 13/12/2008 17:58

En lisant ton reportage on a envie de lire la BD de Koulou et de connaître TitusAmicalement et bonne soirée

Catgirl 13/12/2008 18:04


merchi

et Titus en vaut la peine ;)

pleins de bisous


Mon Grenier