Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 07:07
Avant propos sur Maus d'Art Spiegelman.
Une histoire de la Shoah, première partie.
Une histoire de la Shoah, deuxième partie.
La culpabilité du survivant, première partie.


Richieu est le premier né des Spiegelman. Mort avant d'avoir été. Mort avant d'avoir vécu. Il restera à jamais l'enfant "parfait", l'enfant modèle, celui qui n'aura jamais eu le temps de faire des erreurs. Difficile pour Art Spiegelman de vivre dans l'ombre de ce frère aîné, ombre qui pèse, ombre qui écrase.

C'est aussi pour cela que j'ai choisi d'appeler cette partie "La culpabilité du survivant". Art est LE survivant. Il a dû faire avec cette histoire qui n'est pas la sienne, et qu'il a probablement apprise à l'école. Il a dû faire avec cette mère "in-vivante" rongée par la culpabilité de cet enfant qu'elle n'aura pu sauver, alors qu'elle-même a vécu. Il a dû faire avec ce père si charismatique, si imposant, si étouffant.

Et puis, le temps de la délivrance est peut-être venu avec le suicide d'Anja. Délivrance, non pas par la mort, mais par le déclic qu'elle aura provoqué chez Art. La manière dont il se représente, en prisonnier, montre qu'il vit dans un état de dépression avancée, d'incapacité à vivre, dans une famille où il serait presque coupable d'être vivant, d'être imparfait, d'être tout simplement. (voir La culpabilité du survivant première partie)



Art est le survivant de cette famille. Il n'hésite pas à montrer ses interrogations, une séance chez son psy, à propos de son livre. Il se met en scène. J'ai aimé la manière dont il a représenté sa culpabilité d'homme adulte, en se montrant devenir petit comme l'enfant qu'il a été, celui là même de la première page du livre, comme l'enfant qui ne comprendrait pas, ou qui serait impuissant devant ce qui arrive.



La culpabilité du survivant dépasse les simples murs familiaux. La société, inconsciemment, se charge, par des remarques, des regards, des gestes, de nous écraser sous un poids qui n'est pas le notre. La société écrase Art, dans son enfance, dans sa jeunesse, à la mort de sa mère, mais aussi plus tard, par rapport à son père. Les gens jugent, parlent de ce qu'ils ne connaissant pas, laissent souvent peu de chance, avec des avis bien tranchés, oubliant seulement qu'ils ne voient que ce qu'on leur donne à voir. Ma lecture du livre ne fait, bien sûr pas foi de vérité, ce n'est qu'une lecture parmi d'autre, par rapport à la personne que je suis, par rapport à mes propres expériences.



Art Spiegelman s'est peut-être, par ce livre, affranchi de cette culpabilité du survivant. Le lecteur peut voir, au fil du récit, l'emprise que Vladek a encore sur son fils, mais il peut également voir comment ce fils le tient à distance. Il est fort possible, que la femme d'Art le rende aussi plus fort pour pouvoir tenir tête et ne pas céder.

Ce livre à reçu le Prix Pulitzer en 1992.

Ce livre est toujours d'actualité. Les enfants ne sont pas responsables des actes de leurs parents. Les enfants ne doivent pas porter l'histoire de leurs parents. Les enfants ne devraient pas ressentir la culpabilité d'être, par rapport à cette histoire.

A voir Art Spiegelman à la Bedethèque.
A lire, Maus chez Jean Yves.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

lorange violette 13/02/2009 11:29

Houlala! Les pressions qu'on peut faire ressentir à un enfant, ou un peuple qui n'est pas responsable des fautes de ses aînés, je ne sais pas si ça changera. Les mentalités évoluent, on oublie peu à peu l'horreur qu'ont perpétré les nazis parce que c'est loin et parce que c'est ridicule de faire porter le chapeau à des générations en avant. Aujord'hui, cependant, une grande majorité de moutons mettent la population américaine ou encore arabe au pilori sans faire la part des choses. Un débat qui ne finira jamais...  

Catgirl 13/02/2009 11:43



les préjugés ont la dent dure ;) très dure ...


le manque d'ouverture d'esprit, les idées toutes faites, etc.


hier, il y avait un très beau film sur arte Sarajevo, mon amour ... encore une guerre qui a détruit beaucoup de gens mentalement.

Bisous l'orange



RanDom 12/02/2009 18:49

Cat, je te remercie parce que tu m'as offert, en échange de ce cadeau, un rappel de l'histoire et, plus encore, un point de vue à la fois humain, personnel et instructif sur ces relations que nous tissons les uns avec les autres, dans le cadre de la famille et de la société. Je partage ce que tu as développé dans tes articles. Je te l'ai dit pour ce concept d'"in-vivant", je le répète ici pour l'idée qu'Art est LE survivant. C'était difficile de l'exprimer et tu l'as fait en plusieurs articles et en prenant ton temps, ce qui m'a permis de découvrir progressivement tes sentiments à la lecture de Maus. En m'aidant à reformuler ces concepts, à ta manire, tu me permets de toujours apprendre... De cela, donc, je t'en remercie.Et pour conclure, tu dis combien il ne faudrait pas faire porter sur les épaules des enfants les lourdes histoires de leurs parents. C'est pourquoi, lorsqu'un président eut l'idée de faire porter dans le cartable de chaque élève de CM², la mémoire d'un enfant victime de la Shoah, beaucoup d'historiens ont contesté. D'ailleurs, ce n'est pas à nous de forcer les enfants à se souvenir de ce que nous faisons. Ils doivent toujours rester libres, au contraire, de chercher ou d'oublier la vérité et ce que nous avons réellement fait. Ce que tu racontes dans tes articles me fait penser que la mémoire comme l'oubli sont tous les deux utiles pour survivre. On a besoin du passé pour s'appuyer sur quelque chose et progresser, mais on a aussi besoin d'oublier ce passé pour ne pas rester embourbé. C'est aussi compliqué que la vie et c'est ce qui nous rend vivant.Je te souhaite une bonne soirée. Merci encore pour ces articles sur Maus qui, sincèrement, font partie des moments les plus forts que j'ai passés sur ton blog. Je sais que j'en passerai d'autres, sur ce même thème et heureusement sur d'autres. Bisous de RanDom et Pignouf associés.

Catgirl 12/02/2009 18:57



merci encore à toi pour ce cadeau !!!


je me souviens parfaitement de ce projet qui m'avait absolument et totalement révoltée. Comment peut on vouloir faire porter à un enfant le poids d'un autre
enfant dont l'histoire n'est pas la sienne. Comment aurait on osé demander à un enfant qui vit lui-même des souffrances, des traumatismes au sien de sa propre famille, de porter en plus la
souffrance d'un autre enfant.
ce projet était une abéhration, une parmi d'autres dans ce gouvernement ... une honte humaine ...

Oui nous avons besoin du passé pour nous appuyer, pour nous épauler et nous faire avancer, mais nous avons aussi besoin de mettre le passé à la place qui lui est dû, le passé.


Merci à toi, d'avoir un jour, répondu à mes mots ...

:0010:



qing et rene 10/02/2009 03:07

Bonjour depuis canton (Guangzhou) Sud de la chine.
fleur virtuel pour un amour reel
Bonne journée du mardi amitiés de canton
Qing et rené
A bientôt sur: http://belgique-chine.over-blog.com
La Chine hors des sentiers battus, par le tourisme.

Catgirl 10/02/2009 07:28


bisous vous deux


Michka :0032: 09/02/2009 16:57

Catgirl 09/02/2009 17:23


bisous Michka


qing et rene 09/02/2009 01:18

Bonjour depuis canton (Guangzhou) Sud de la chine.
hi hi deux fois perdu...lol
toute l'humanite est nue en venant au monde
et si c'est aujourd'hui le jour des amoureux d'apres le calendrier chinois
Bonne journée du lundi amitiés de canton
Qing et rené
A bientôt sur: http://belgique-chine.over-blog.com
La Chine hors des sentiers battus, par le tourisme.

Catgirl 09/02/2009 07:57


ben oui j'avais vu qu'ils étaient nus ;)

rha alors bonne fête aux amoureux chinois :D

bisous


Mon Grenier