Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 08:41





Le livre :

Une femme raconte l'histoire des objets que contient son sac.


Ce que j'en ai pensé :

Le livre aurait pu commencé par "Alors, il faut que tu m'écoutes, et que tu n'oublies pas de m'aimer. Je commence. Un batôn de rouge à lèvres ...", mais ces mots achèvent pratiquement ce roman.

Chaque objet possède une histoire qui lie le narrateur avec son entourage, avec la vie. Toute son intimité aussi. On ne peut soupçonner ce qui se cache derrière un paquet de mouchoirs en papier, une capote, on ne peut pas. On pourrait juste imaginer des histoires à notre tour, mais seule celle qui détient son sac à main sait pourquoi elle a ses objets dans son sac.

Il ne s'agit pas de seulement raconter l'histoire des objets contenus dans le sac du narrateur. Le lecteur apprend plus tard que c'est à Lars, son mari, qu'elle se dévoile, qu'elle dit l'intimité qui la lie à ses objets.

J'ai aimé le livre, si ce n'est la fin, qui, à mon sens, n'a pas d'utilité. Je ne vois pas la nécessité de cette fin un peu "biscornue" à mon sens. Du coup, ce livre laisse une impression d'inachevée, pour ne pas dire de baclé.

Les illustrations d'Eric Lambé sont sobres, et donnent à imaginer plus que ce que ne révèlent le narrateur.

Citations :

- En la matière, une capote au fond d'un sac peut faire beaucoup plus pour une femme qu'un bâton de rouge à lèvres.

- Il n'est pas tolérables que les jeunes gens meurent sans que l'on sache ce qui les a fait mourir.

- Mais il m'attendait à la sortie du restaurant. J'étais soulagée de le voir. Je me suis jetée dans ses bras. Nous étions comme deux naufragés agrippés l'un à l'autre, sous le regard consterné de mes collègues. Je suis montée dans la voiture et nous sommes rentrés à Achrafieh. La nuit était terriblement noire et il roulait terriblement vite. Jamais jusqu'alors je ne m'étais sentie environnée d'une aussi parfaite sécurité. Il était devenu tout mon monde.
  Nous nous sommes couchés. Le matin s'est levé alors que nous n'avions pas fini de nous embrasser.



Du même auteur : La Photo.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nicolas 07/09/2009 00:01

 
Bonsoir,
Je viens de passer un bon moment sur votre blog,
Il y a des choses intéressante la visite à été agréable.
A l'occasion venez voir ce blog, www.nicolaslizier.com je suis graphiste.
N'hésitez pas à laisser des commentaires je vous répondrai avec plaisir.
Je vous souhaite une bonne continuation sur votre site.
A bientôt
 
Nicolas Lizier

Catgirl 07/09/2009 07:57


quelles choses sont intéressantes ?

bon lundi


gilda 04/09/2009 19:42

Bonsoir, J'aime beaucoup ce que vous dites du livre. Concernant la seconde partie : bien vu (ou : bien lu) ! Elle avait effectivement été rajoutée par après, comme pour romancer. Je préférais moi aussi sans.

Catgirl 04/09/2009 20:18


j'ignorais ce détail ... merci de m'éclairer ;)
j'apprécie d'avoir ce genre de précision.

merci Gilda


:0010:Liliflore:0091: 04/09/2009 18:17

petit coucou entre les averses violentes et le soleil qui luit pour l'instant mais ne réchauffe pas vraiment l'air Bonne fin de soirée avec des bigs bises 

Catgirl 04/09/2009 18:28


j'ai du attendre la fin de l'averse pour sortir les poubelles !!! quel temps ... pluie, soleil pluie
l'automne s'en vient pas de doute

bisous lili


:0010:Liliflore:0091: 02/09/2009 19:38

il est certain que si toutes les femmes contaient l'histoire des objets du sas à main, ce serai assez épique et aussi rigolo. Je vais jeter un oeil dan sle mien pour voir ce que je pourrai en raconter, bien qu'il est grand et est prévu pour contenir mles 2 appareils photo en plus des quelques objets indispensables, c'est dans le superflu que ce cache les histoires lol. Très bonne soirée et bises de la nuit qui tombe déjà et la pluie n'est pas loin.

Catgirl 02/09/2009 19:47


j'essaye d'avoir l'essentiel, parce que lorsque l'on part en vadrouille ... ça fait lourd à la fin de la journée


bisous


Mon Grenier