Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 15:09

livreenvente072

 

 

Relire Michelet et l'histoire de la famille Vialhe de Saint Libéral sur Diamond, en Corrèze, un vrai plaisir ! Retrouvez le Père Vialhe, Jean-Edouard, son fils, Pierre-Edouard, c'était me replonger dans une partie de mon adolescence, au moment où je quittais définitivement l'état de "fille de," pour devenir "maman de".

 

Tout commence à la fin du siècle, non pas le XX°, l'autre siècle, le XIX°, celui des arrières, arrières grands-parents de ma fille.

 

Quelle famille rurale attachante, avec ses rites, ses coutûmes, son rigorisme aussi !

 

Tout commence à la veille de l'an 1900, avec trois gamins, un soir de Noël, Léon, Pierre-Edouard et Louise. Nous voici projeté dans le monde paysan de la fin du XIX°, où la terre est la richesse la plus importante au monde, la terre, et ce qu'elle donne, le fruit d'un travail pénible dont on s'enorgueillit.

 

Jean-Edouard, homme de caractère, fier, droit dans ses bottes, malin et connaissant son métier s'est pourtant plié à la coutûme, il habite chez ses parents, avec sa femme, ses trois enfants, et son but, faire croître les terres Vialhe. Il est le paysan le plus riche de son bourg, le plus respecté aussi. Son fils prendra sa suite, comme lui, a pris la suite de son père.

Chez les Vialhe, on file droit, on respecte les anciens, on n'oublie pas d'où l'on vient, et on s'écrase devant l'ancien. Jean-Edouard a toute sa vie supporté et accepté les remontrances de son père, il entend que son fils fasse de même. Mais Pierre-Edouard ne l'entend pas ainsi.

 

Les premières scissions entre le père et le fils vont commencer quand Louise partira se marier avec Félix, contre l'avis de ses parents, à 20 ans. Pierre-Edouard part pour le service militaire, trois ans. A son retour, il voudrait que des choses changent à la ferme, il n'accepte plus que son père le traite comme un enfant, alors qu'il est adulte. Après une énième querelle, Pierre-Edouard quitte Saint Libéral et se retrouve dans une grosse ferme de Meaux. Il faudra du temps à l'ainé des Vialhe pour rentrer au pays, la première guerre mondiale a lieu entre temps. Il n'a des nouvelles de chez lui, de sa terre, que grâce à Léon, le fils du pendu. En fait, c'est Mathilde, née le 1° janvier 1900 qui lui écrit de longues lettres, à la place de Léon qui ne sait pas bien écrire, Mathilde qui deviendra sa femme au sortir de la guerre.

 

Le premier tome Les Grives aux loups, montre un monde rural en plein changement, un changement dans les mentalités, dans les familles, et dans le monde agricole. L'affrontement entre les générations est difficile, l'entrée dans un monde mécanique, industriel aussi. Ce premier tome évoque l'entrée du monde des campagnes dans la modernité, avec l'arrivée du train, de l'électricité, des engrais, des machines agricoles, tout cela à travers deux générations d'hommes profondément inscrits dans la terre.

 

Le second tome Les palombes ne passeront plus est plus émouvant à mon sens. Tout aussi inscrit dans l'Histoire de France (seconde guerre mondiale, guerre d'Indochine, guerre d'Algérie) que dans l'histoire du monde paysan, Michelet l'ancre plus dans la famille et les réfléxions paysannes.

Pierre-Edouard prend conscience que la sueur, l'effort, le travail qu'il donne à la terre, la terre ne le leur rendra plus comme dans le passé, la faute à l'économie, la faute au politique, la faute au capitalisme. Il prend conscience que la terre n'est peut-être plus l'avenir, et qu'il doit proposer autre chose à ses deux fils. Ils les inscrits donc au collège de Brive, en pensionnat. Mais chacun ira de son destin. Les quatre enfants de Pierre-Edouard et Mathilde auront leur bac, trois d'entre eux feront des études.

La seconde guerre mondiale lâchera son lot d'amertume, de pessimisme, de conscience humaine aussi.

 

 

L'évolution de cette famille rurale est attachante, émouvante. Je m'y suis replongée avec plaisir, le même plaisir que dans mon adolescence, peut-être même plus. A lire ou à relire, juste pour le plaisir. On est loin de la littérature d'aujourd'hui, et parfois ça fait du bien.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Catgirl - dans Lecture en vrac
commenter cet article

commentaires

Mon Grenier