Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 21:40

1440728 3333771

Le livre :

Un ancien chroniqueur criminel, après un passage à vide, se voit proposer un poste de rédacteur artistique. Amené à rencontrer le gratin de la scultpure, peinture, et à cotoyer le critique artistique le plus controversé de la ville, il a bien du mal à se faire une opinion sur le monde des arts. Sans connaissance sur le sujet, il apprend à découvrir cet univers si particulier, jusqu'à ce que survienne un premier meurtre. L'ancien chroniqueur criminel reprend du service, dans son domaine.


Ce que j'en ai pensé :


L'auteur parvient brillamment à jouer l'enquête policière à la manière d'Arabesque ou d'une Agatha Cristie, tout en proposant un sujet dominant dans son livre. Pour ce premier livre de la série "le chat qui ...", Lilian J. Braun a choisi d'aborder le thème de l'art, reprenant la critique des anciens et des modernes. L'auteur, à travers le personnage du critique d'art, montre les ficelles du métier, et les enjeux. On peut aimer l'art "classique" avec les Courbet, Renoir et autres peintres, tout en mettant en avant des peintres contemporains. La notoriété n'est pas un gage de talent, c'est surtout une affaire de gros sous. Un artiste "bancable", même si son talent est contestable, va pouvoir permettre à celui qui possède une galerie, de gagner de l'argent sur cet artiste, en prenant une bonne marge, argent qui lui permettra d'acquérir des oeuvres dont il admire réellement le talent de l'auteur. Se mêle alors tout le problème du pouvoir de l'argent, du réel talent de certains artistes, de la notoriété, et de la valeur de cette dernière.

Ce livre a paru en 1966, et son sujet est plus que jamais d'actualité, le problème du pouvoir de l'argent, sur le talent, les intérêts individuels qui altèrent la qualité de l'art.

A qui faire confiance, désormais en matière d'art ?

L'enquête criminelle est un prétexte pour parler de l'art, mais pas seulement, car au-delà des humains, de leurs turpitudes, de leurs bassesses, il y a le chat "koko" de son surnom. L'auteur a dû beaucoup les observer pour pouvoir décrire leurs gestes et en expliquer leur signification. Le chroniqueur cherche à résoudre le premier crime, puis les suivants, mais c'est parce qu'il y a ce siamois qu'il découvre petit à petit la vérité, parce qu'il comprend que le chat sait où est la vérité, qu'il est un atout véritable dans cette enquête ! Enfin, une première particularité de Koko, il lit les titres de l'édition du soir, l'encre à peine sèche, et il les lit à l'envers (de droite à gauche).


Citations :

- Dans ce cabinet se trouve une petite fortune en tableaux du XX° siècle, conservés dans des conditions idéales de température et d'hygrométrie. Cela représente mes investissements, mais les peintures que vous voyez sur les murs sont mes amis. Je crois en l'art contemporain comme en l'expression de son époque et je choisis de vivre dans la douceur du temps passé. Pour la même raison, j'essaie de préserver cette belle demeure ancienne de la ruine.

- Pour quelle raison peignez-vous des tableaux aussi incompréhensibles, alors que vous êtes capables d'exécuter des oeuvres représentants de véritables objets et des personnages réels ? [...]
Que vous êtes naïf, Mr Qwilleran ! C'en est rafraîchissant ! Représentez de vrais objets, un appareil photographique peut le faire. Je peins pour explorer l'esprit de notre temps. Nous n'avons pas les réponses à toutes les questions et nous ne l'ignorons pas. Parfois, je suis effrayée par mes propres créations, mais elles expriment ma conception artistique de l'univers, tel que je me le représente aujourd'hui. L'art véritable est toujours l'expression de son époque.







Partager cet article

Repost 0

commentaires

:0055: Maitre Po, devin 09/01/2010 18:57


Je ne lis pas souvent, mais ces livres (enfin, ceux en 10|18), j'ai toujours eu envie de les lire. Peut-être un jour franchirais-je le pas, qui sait ? ;-)


Catgirl 10/01/2010 20:55


c'est toujours le premier pas qui compte, c'est bien connu ;)


Catherine 05/01/2010 00:22


J'en ai lu il y a quelques années, c'est toujour bien écrit, et humour britannique, mais je connais l'édition de chez 10/18, les couvertures sont très belles (dessins de Louis Wain).


Catgirl 05/01/2010 06:15


ce sont les éditions que nous possédons, en 10/18



Dam 21/12/2009 10:57



J'ai vérifié : pas de coquilles typographiques dans ton article, parce que Qwilleran, c'est bien un double V après le Q ;)

En tout cas, j'associe toujours cette lecture à mes dimanches soirs dans le TGV, parce que pour rentrer à Limoges, c'est idéal de mêler ce côté désuet et nostalgique avec l'aspect curieux de
l'enquête et du chat.



Catgirl 21/12/2009 18:52


il faudra donc retourner au marché des livres le vendredi, dès que les chalets de noel auront cédé leur place pour en dénicher d'autres !!!


:0010: Lili-Flore :0091: 16/12/2009 21:35


le thème ne me passionnerait pas à priori mais les citations choisies sont profondes et expliquent parfaitement le ressenti d'un artiste. Même si cela demeure un mystère quand nous regardons
l'oeuvre, enfin pour moi. Passe une bonne soirée avec des bigs bises


Catgirl 17/12/2009 06:18


Chaque livre "le chat qui ..." a un thème différent sur fond d'enquête sur un crime ;)

bisous Lili


Mon Grenier