Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 06:28

 

lelivredemonpere

 

 

 

Le livre :


Yoichi se souvient de son enfance, dans le salon de coiffure de son père. Un coup de fil, et toute l'histoire familiale qu'il avait construit s'en trouve détruite. Son père vient de mourir. En se rendant dans son village natal pour assister aux funérails de son père, assistant à la veillée funèbre, il découvre combien sa perseption sur son père a été faussée par sa douleur d'enfant.



Ce que j'en ai pensé :


Depuis quelques temps, je découvre le monde de la bd. Certaines que j'ai acheté par coup de coeur comme celle-ci, et d'autres qui me sont conseillées par mon chéri.


Cette bande dessinée est en noir et blanc, sauf les deux premières planches qui sont en vert, et quelques vignettes, au début de l'histoire qui sont en couleur. J. Taniguchi a fait un travail de mémoire dans la vie d'un homme. D'un côté, il nous montre les souvenirs de cet enfant devenu adulte, vivant à Tokyo, de l'autre, il nous montre la vérité.

La vie ne contient pas une vérité. Chaque individu vit les situations auxquelles il est confronté, avec sa sensibilité, ses douleurs, ses croyances. Les non-dits sont source d'erreur.


Si Yoichi est victime du silence de ses parents, il devient bourreau de son père par son propre silence. Mais les raisons des non-dits, des silences sont de nature différente. Le père choisit de taire une situation à son enfant qu'il pense trop jeune pour comprendre. Le fils choisit le silence face à sa souffrance comme seul moyen de se protéger. Le père, sans doute conscient d'être responsable de l'attitude de son fils, se montre indulgent, compréhensif, et ne lui en veut pas. Pour Yoichi, il faudra le décès du père, et ce que la famille lui racontera de son histoire pour qu'il comprenne à quel point il s'est trompé sur son père, à quel point les choses auraient pu être différentes.

 

La parole reste le meilleur moyen d'expliquer les situations. Yoichi est abandonné par sa mère. Celle-ci ne trouvait plus auprès de son mari, l'écoute dont elle avait envie. Le déclencheur fut le grand incendie qui ravagea la ville. Les maisons, principalement en bois furent réduite à néant. La dette que contracta le père auprès de ses beaux-parents devait être payée. Ce dernier travaillait donc dur pour que sa famille vive bien, et que la dette fut réglée. L'honneur est très important chez certains individus, c'est un code chez les japonais. Là où il était question d'honneur, la mère mit cela sur le compte de l'orgueil. L'orgueil eut été que le père refuse le prêt de ses beaux-parents.

 

Yoichi a une soeur plus âgée, Haruko. Cette dernière était suffisamment grande pour comprendre ce qui se tramait au sein du foyer familial. Elle avait compris que sa mère se rapprochait de son professeur de musique, trouvant auprès de lui, ce qu'elle n'avait plus avec son mari. Alors, le divorce fut prononcé, la mère quitta le foyer, suivi le professeur et laisse les enfants à son ex-époux. Yoichi ne supportait pas le départ de sa mère, il s'enfermait dans le silence, fit tout pour fuir le foyer. Son père se remaria, et l'enfant devenu adolescent se renferma encore plus. Il cherchait un dérivatif à sa colère, au manque.

 

Yoichi a fait comme beaucoup d'enfant à qui l'on tait la vérité des faits, il se construit sa propre histoire.

 

Il se prend la vérité de son histoire lors de la veillée funèbre. Pourtant, chacun des membres présents lui montrent son plaisir de le revoir, personne ne lui fait de reproches, ne le juge. Le récit des souvenirs, de la vie du défunt aide Yoichi à découvrir les chainons manquants. Seul son oncle ose lui dire qu'il est passé à côté de son père, une pointe de rancune, sans doute, dû au gachis auquel il a assisté, impuissant. Pourtant, sa soeur, sa belle-mère ont la conscience qu'il y a, envers Yoichi des silences qui sont, eux, responsable de ce qui est arrivé, qu'on ne peut revenir sur le passé. La veillée sert à remettre les choses à leur place. Chacun doit être capable d'entendre la version des faits. Les deux femmes savent que si la vérité avait été expliquée à l'enfant qu'était Yoichi, celui-ci aurait sans doute pu vivre les choses autrement, vivre le traumatisme du départ de sa mère autrement.

 

9782203396098 1

 

Un très beau livre, très sensible, sur la difficulté des liens familiaux, et des dégats faits par les non-dits.

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dam 14/05/2010 13:54



Une BD que tu donnes envie de lire... Merci pour le conseil ;)



Mon Grenier