Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 11:59
Je regardais le best of du Grand Journal de Denisot.

Justine Levy a fait parti des invités pour la sortie de son dernier roman dans lequel elle évoque le décès de sa mère, au moment où elle-même se retrouve enceinte. Alors que le journaliste lui demande si, finalement, sa mère n'était pas une mauvaise mère, celle-ci lui répond qu'elle a sa part de responsabilité dans le comportement de cette dernière, que pour qu'il y ait des mauvaises mères, il faut qu'il y ait de mauvaises filles.

Ce propos m'a fait bondir. Que peuvent penser, en entendant cela, les enfants qui sont battus, innocents, démunis ? Doivent-ils penser qu'ils sont responsables du comportement de leurs parents ? Doivent-ils penser que les coups, la violence verbale sont mérités parce que les mauvais parents n'existent que parce qu'il y a de mauvais enfants ?

Je pense que Mlle Levy devrait sortir de son cocoon, sortir de ses belles petites idées. Il est trop facile d'endosser une culpabilité qui n'est pas la sienne. Plutôt que de se flageler en public, elle devrait plutôt s'interroger sur le fait que, c'est probablement parce que sa mère n'était pas une "bonne" mère (à chacun de mettre derrière ce mot ce qu'il a envie, en fonction de ce qu'il attend de sa propre mère), qu'elle est devenue une mauvaise fille ...
De la même manière que le comportement de certains enfants, conduisent certains parents à baisser les bras ...

Rien n'est totalement défini, définitif en somme ... mais non, je ne peux accepter d'entendre que s'il y a de mauvaises mères, c'est parce que leurs filles sont mauvaises, ça je ne le peux !


Memo autour du sujet ICI et LA ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Catgirl - dans Je vous dis
commenter cet article

commentaires

Dam 23/11/2009 10:23



Il est vrai que les petites phrases, aussi simplificatrices, simplistes (et donc réconfortantes) que les slogans publicitaires, peuvent aussi faire mal, culpabiliser, enfoncer, etc. Et c'est bien
d'apporter tes nuances (j'ai relu aussi tes autres articles sur le sujet).


Heureusement, des oeuvres comme celles du Ruban Blanc, que nous avons vu ce week-end, dont nous avons beaucoup parlé, montre que la vie des enfants, qui deviendront
adultes, que la vie des adultes qui furent des enfants, ne se résume certainement pas à de vaines formules toutes faites. Il n'y a pas les enfants blancs et les parents noirs, ni des parents
blancs et des enfants noirs, ni des rubans blancs et des magies noires, mais des gris, tout plein de gris, des plus clairs aux plus foncés, avec d'infinies nuances, qu'il faut savoir
dénouer, comme le fameux ruban (qui n'est blanc que pour celui qui s'en sert pour attacher les autres). 

Et s'il faut en reparler pour comprendre ce que ne veulent pas comprendre les donneurs de leçon, eh bien nous en reparlerons. 

Je t'embrasse fort fort fort et, surtout, très affectueusement, très tendrement... M 



Catgirl 23/11/2009 12:24


il est évident que l'on ne peut rien résoudre par ces petites phrases, car rien n'est jamais aussi simple.

au départ il y a des choses ancrées, puis ensuite les circonstances font le reste, certains comportements sont engendrés par d'autres comportements,

et puis même le plus innocent, le plus gentil, le plus dans le bien n'a pas d'autres choix d'être un jour "un peu méchant", pour faire cesser certains comportements ...


mais mlle levy devrait s'ouvrir un peu plus au réalité de la vie, plutot que de s'engoncer dans la sienne ...


M


DID 17/11/2009 20:21


Pas d'accord avec justine ma Cat. Il n'y a pas de mauvaise mère à cause de leurs enfants. Raccourci trop facile. Bisous


Catgirl 17/11/2009 20:36


oui ce serait trop facile, mais par contre, je veux bien croire que le rôle de parents face à certaines situations soient vraiement difficile ...

bisous


Mon Grenier