Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 06:31

"Toute jeunesse qui a fait une révolution accouche immanquablement d'une bande de vieux marsouins accrochés au pouvoir, à la fortune et à la renommée".


La Photo, Marie Despleschin / Eric Lambé.
Carnets Littéraires. Edition Estuaire.
Repost 0
Published by Catgirl - dans Citations
commenter cet article
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 08:15



Hôtel Groslot.
Orléans.
26 avril 2009.

Repost 0
Published by Catgirl - dans Ce que je vois !
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 09:49







Parce qu'il n'y a pas que des factures ou des mauvaises nouvelles à distribuer ... autant le signaler ... Ces trois enveloppes sont toutes arrivées à la même adresse ...


Repost 0
Published by Catgirl - dans Ce que je fais
commenter cet article
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 06:32




Le livre :

Bella retourne vivre chez son père, dans la petite ville de Forks, où la pluie règne en maitre. Pas facile pour cette jeune fille de reconstruire une vie avec un père solitaire. Très vite, elle devient le centre de son lycée, sa beauté simple lui vaut d'être courtisée, mais Bella n'a d'yeux que pour le mystérieux Edward, qui semble la fuir.


Ce que j'en ai pensé :

Littéralement, c'est très basique, dans la lignée d'un Levy ou d'un Musso. La traduction est particulièrement mauvaise, et l'on en vient à traquer les erreurs et à se gosser des mots pompeux jetés là pour, sans doute, un effet de style quelconque. Le traducteur voulait-il rassurer le lecteur en montrant qu'il avait plus de 100 mots à son vocabulaire ? On retiendra le mot "créotose", et l'on se demandera combien de jeunes filles béates auront ouvert leur dictionnaire pour aller en vérifier le sens, au lieu de continuer avidement leur lecture afin de savoir si oui ou non Bella serait enfin embrassée par le beau Edward.
J'en profite pour signaler que si vous veniez à entendre que "nous allâmes de conserve" ... vous saurez d'où cela vient. En tout cas, cela m'aura bien fait rire.

Bon bon, je critique, mais oui, j'ai lu ce livre jusqu'au bout. Pourquoi ? Parce que d'un côté, j'ai trouvé cela truculent, l'utilisation pharaonique des périphrases, du pourquoi faire court lorsque l'on peut distiller à souhait ... et c'est ainsi que nous irons faire "cinq minutes d'humanité" pour aller dire que nous ferons un brin de toilette" ... et j'en passe.

Parce que de l'autre côté, si j'ai aussi continué ce livre c'est que c'est une formidable machine à prendre le lecteur au piège. Parce que, crotte, alors, même si la traduction est plus que bof, et bien nous aussi on veut savoir si Edward va rouler enfin une pelle à Bella, et s'il y aura du sang, et si le bien va l'emporter sur le mal, et si et si, et nous voilà redevenues nymphette de 15 ans, plongées dans une lecture "débilisante" mais ça fait tellement de bien parfois.

Bella, diminutif de Isabella, est la fille d'un homme retors et solitaire, brisé par sa séparation plus que rapide d'avec la mère de sa fille unique. Cette dernière n'étant pas très stable sentimentalement semble avoir enfin trouvé un mari qui lui convient, mais qui ne lui permet pas de pouvoir s'occuper sérieusement de sa fille. Et pour cause, il faut reconnaître que Bella est plus la mère de sa mère que sa fille.
Quand maman décide de suivre son mari dans le tournoi sportif (j'ai oublié lequel), Bella décide d'aller vivre à Forks, une ville humide et déprimante, avec son père, chef de la police. Une vie rustique, une cohabitation tendue parce que pas facile quand on est solitaire de vivre à deux.
A sa grande surprise, Bella s'acclimate plutôt bien dans sa nouvelle vie, où les lycéens sont beaucoup plus simples et ouverts que dans son ancien lycée. Des amis, des garçons qui lui tournent autour, et ces quatre adolescents mystérieux qui l'attirent.
Et puis Edward, dont le regard l'inquiète, dont elle ne peut s'empêcher de penser à lui. Edward, le mystérieux Edward qui ne vient pas à l'école les jours particulièrement ensoleillés, qui ne mangent pas le midi, qui part avec sa famille un week end sur deux, Edward dont la peau est particulièrement blanche, dont les yeux passent de l'opale au noir saisissant.
Et l'amour, ils finissent par tomber amoureux, mais rien n'est aussi simple, car Edward est un vampire. Et oui, mais attention, un gentil vampire. Parce qu'il existe plusieurs communauté de vampire, et qu'Edward appartient à celle qui préfère se nourrir d'un sang animal plutôt que d'un sang humain, une communauté qui choisit de vivre parmi des humains qu'entre eux.

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Bella aime Edward, Edward aime Bella. Les familles respectivent s'aiment, s'apprécient et blabla ... mais où est donc l'intérêt ??? et bien surgit un vampire qui lui préfère le sang humain, en l'occurrence, celui de Bella ... elle devient donc la proie pour l'un, et celle à protéger à tout prix pour les autres.
Il était temps qu'il se passe enfin quelque chose parce que là, on est au trois quart du livre ... et je me croyais dans un conte de fée ...

Pour la suite, et bien vous pouvez vous rendre en librairie et commencer la lecture au chapitre 17, intitulé "le match" parce qu'avant bon bof ...

Sinon vous pouvez aller voir le film qui a fait un tabac auprès de nos jeunes TWILGHT.

Il y a un passage particulièrement romantique, Edward emmène Bella au coeur de la forêt pour lui donner accès, en partie, à son monde. Un moment de pur bonheur où romantisme, tendresse, animalité, sensualité règne pour finir par un premier baiser enivrant. Toutes les femmes rêvent d'un moment pareil .

Et vous savez quoi, et bien, je vais demander les trois autres tomes à ma tite soeur parce que bon ... même si c'est de la lecture facile, "débilisante", diantre que ça fait du bien !!! ça change des catastrophes, des pensées négatives, des grandes idées, des ceci et cela ... mais où sont rangés mes Barbara Cartland !!!




Repost 0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 07:12







Hôtel Groslot.
Orléans.
26 avril 2009.
Repost 0
Published by Catgirl - dans Ce que je vois !
commenter cet article
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 07:01



Hôtel Groslot.
Orléans.
26 avril 2009.

Repost 0
Published by Catgirl - dans Ce que je vois !
commenter cet article
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 09:49








Hôtel Groslot.
Orléans.
Dimanche 26 avril 2009.

Repost 0
Published by Catgirl - dans Découvertes !
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 08:59








20 avril 2009.

Repost 0
Published by Catgirl - dans Ce que je vois !
commenter cet article
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 08:52






19 avril 2009.

Repost 0
Published by Catgirl - dans Ce que je vois !
commenter cet article
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 08:17




Le Livre :

L'empereur de Chine a une fille, Soleil de l'Empire. Celle-ci n'est pas disposé à se marier pour produire un héritier à son père. Il la confie à Zhu, un mandarin aux étranges pouvoirs. Celui-ci l'emmène, au moyen d'une barque à découvrir la vie, et à rencontrer les amants Cheng et Meng.



Ce que j'en ai pensé :

C'est comme Le Petit Prince de Saint-Exupéry, Les Contes du Mandarin ne souffrent pas d'une lecture et d'une oreille au travers des âges. L'enfant tout comme l'adulte y trouvera son compte, sa leçon à en tirer.

Les pouvoirs du Mandarin favorisent l'entrée dans le merveilleux qui n'est pas sans nous rappeler les contes de notre enfance, peuplés de fées, d'animaux humanisés et parlant. La quête d'une réponse.

Soleil de l'Empire doit se plier à sa condition. Fille de l'empereur de Chine, elle doit donner à son père un héritier au trône. Nous ignorons d'où lui viennent ses réticences à trouver un époux, toujours est il que pour elle, l'amour est un leurre.
Confiée au bon soin du mandarin Zhu, je ne suis pas sûre que ce dernier veuille la convaincre de s'ouvrir à la vie de couple. Je crois qu'il a plutôt le désir qu'elle réfléchisse sur ses motivations et qu'elle prenne une décision en ayant un certain nombre d'éléments en sa possession.
Et c'est sans doute là, la véritable sagesse orientale, ne pas donner la solution à un problème, ne pas dire "il faut faire comme ci, il faut faire ceci", mais inviter l'autre à une réflexion personnelle, sur lui-même, ses envies, ses capacités, sa capacité aux autres afin de faire ce que j'appellerai "un choix en son âme et conscience".

C'est ainsi que Zhu invite la princesse Soleil de l'Empire dans une sorte de voyage initiatique où celle-ci va être confrontée à des histoires qui sont liées à Zhu. Il invite la jeune femme à s'ouvrir sur un monde qui dépasse les apparences.

Quand le voyage arrive à sa fin, quand Soleil de l'Empire retrouve les amants Cheng et Meng, Zhu ne va pas avec elle, il la laisse faire son chemin. Il est le gardien de la réflexion intérieure de cette dernière.

Lorsqu'ils sont de retour d'un voyage qui a tout d'imaginaire, puisqu'ils auront voyagé à l'intérieur d'un paravent laqué, Soleil de l'Empire a pris sa décision, une décision qui bouleversera sa vie, et celle de son père. Cependant, elle sera à la hauteur de son destin, elle donnera bien un héritier au trône de Chine. Mais à quel prix pour son père ...

Des mots simples pour des récits forts tournés vers l'humain. Des histoires de vie, des leçons aussi tout en finesse pour qui sait voir au-delà des mots et des apparences.
De jolies illustrations en forme d'estampes.

Un moment de sérénité malgré la gravité du sujet traité.

Merci à Jean Yves de m'avoir fait découvrir ce livre
.


Repost 0

Mon Grenier